L’ASC Jamm Bugum doit être donnée en exemple (ministre)
APS
SENEGAL-JEUNESSE-AGRICULTURE

L’ASC Jamm Bugum doit être donnée en exemple (ministre)

Fatick, 6 août (APS) - L’association sportive et culturelle Jamm Bugum de Niakhar (Fatick) doit devenir ’’une référence’’ pour les autres ASC, au regard de ses performances dans le domaine de l’agriculture et dans la mise en œuvre d’initiatives de développement, a indiqué le ministre de la Jeunesse, de l’Emploi et de la Construction citoyenne, Mame Mbaye Niang.
 
Jamm Bugum, une association regroupant 1049 membres, ‘"est en train de vivre l’émergence" à travers des pratiques innovantes en matière de développement local, a déclaré M. Niang, vendredi, lors d’une visite à Nikhar, dans le cadre de l’édition 2016 des ’’vacances citoyennes’’.
 
"Jamm Bugum mérite d’être honorée et d’être un centre de référence pour le Sénégal", a-t-il indiqué au sujet de cette ASC créée en 1989 et dont les actions se sont notamment traduites par une augmentation de la productivité agricole dans cet arrondissement. 
 
"Je demanderai au ministre des Sports de référencer l’ASC Jamm Bugum, c’est-à-dire de montrer à l’ensemble des ASC du Sénégal, les prouesses" de cette structure de jeunes, a dit Mame Mbaye Niang.
 
Ces jeunes sont organisés "de façon intelligente avec de maigres moyens, ils parviennent à être autonomes, à mobiliser la jeunesse, les femmes pour atteindre les objectifs que le président de la République a fixés", a soutenu M. Niang.
 
Jamm Bugum "a réussi à créer les conditions pour augmenter la productivité, créer les conditions pour éduquer les populations (…). Avec l’ensemble de ces éléments-là, le président atteindra la croissance de 7%’’ sur laquelle il table, "avant 2017", s’est réjoui le ministre de la Jeunesse.
 
Selon Mame Birame Sène présentant l’association dont il est le président, a signalé que pour 2016, "133 jeunes intégrant bonne pratique agricole (BPA) et une adaptation au réchauffement climatique ont exploité 266 hectares de mil souna 3".
 
Ces rendements permettent à l’association de faire de la transformation de céréales locales et l’exposition de produits, a indiqué son président. 
 
De cette manière, Jamm Bugum a contribué à la sécurité alimentaire au sein des familles et à une augmentation de la production agricole, "de 500 kg à l’hectare à 1 tonne 200 l’hectare", a soutenu M. Sène.
 
Aussi le mil est-il devenu "à la fois une culture vivrière et commerciale avec les bons rendements", ce qui constitue a-t-il dit d’autres sources de revenus pour les paysans.
 
Avec tous ces efforts, l’ASC Jamm Bugum a reçu le prix de la sécurité alimentaire dans le cadre des "Epis d’or 2016" du Projet d’appui aux filières agricoles (PAFA), sans compter d’autres distinctions reçues par l’association les années précédentes.
 

FD/BK