Diourbel : un retard enregistré dans la mise en place des semences
APS
SENEGAL-ECONOMIE-AGRICULTURE

Diourbel : un retard enregistré dans la mise en place des semences

Diourbel, 27 mai (APS) - La mise en place des semences d’arachide connaît un retard dans la région de Diourbel, où seulement 780 des 4.810 tonnes notifiées ont été réceptionnées, a révélé jeudi le directeur régional du développement rural (DRDR), Pierre Diouf, selon qui ce retard est imputable à la grève des agents du ministère de tutelle.
 
"Pour la préparation de cet hivernage 2021-2022, les quotas ont été notifiés et on a 4.810 tonnes pour l’arachide. Mais, on n’a reçu que 780 tonnes, soit 33% [de la quantité totale prévue]. Ce retard est causé par les analyses que l’on attend toujours", a-t-il dit.
 
M. Diouf présentait le bilan de la campagne agricole 2020-2021, tout en évoquant les préparatifs de la prochaine campagne.
 
Le syndicat national des techniciens et travailleurs de l’agriculture du Sénégal (Synttas) observe une grève, pour réclamer, entre autres, l’octroi d’indemnités aux travailleurs et l’amélioration de leur environnement de travail.

La rétention des analyses indispensables à la certification des graines compte parmi les mots d’ordre de cette centrale syndicale.
 
En l’absence de ces analyses, les directeurs régionaux de développement ruraux ne peuvent pas apposer une signature sur les bulletins que doivent recevoir les opérateurs économiques.
 
"L’opérateur qui veut certifier sa graine a du retard, mais il ne peut pas le faire, parce que c’est le résultat de ces analyses que l’on met sur les vignettes pour l’arachide certifiée", a déploré M. Diouf.
 
Selon lui, ce sont ces analyses qui doivent permettre aux opérateurs d’acheter les vignettes qu’ils apposeront sur les sacs de semences pour ainsi boucler le processus de certification.
 
Cette mise en place tardive des semences s’explique aussi par le retard pris par les opérateurs pour faire certifier leurs graines dès les mois de janvier et février.
 
Outre la question du retard de la mise en place des semences, les participants à la rencontre ont soulevé plusieurs préoccupations relatives à la campagne agricole, dont la hausse du prix du kilogramme d’arachide fixé à 220 FCFA.
 
"Le prix d’achat est cher par rapport à l’année passée. L’Etat, avec cette situation [de Covid-19], dit que les moyens ne permettent pas de subventionner plus que l’année dernière", a expliqué Pierre Diouf.

FD/ASG/BK