Litige foncier à Diokoul : les populations invitées à privilégier le dialogue
APS
SENEGAL-INDE-AGRICULTURE

Litige foncier à Diokoul : les populations invitées à privilégier le dialogue

Diokoul (Kébèmer), 20 juin (APS) - Ibrahima Diagne, le chef du village de Gadd Kébé (Kébèmer), a invité, mardi, les populations à privilégier le dialogue pour régler le litige foncier consécutif à une délibération de mille hectares par le conseil municipal de Diokoul en faveur du projet Sen India. 
 
Lundi, des échauffourées ont éclaté dans cette commune entre les forces de l’ordre et les membres du collectif opposé à l’installation de Sen India dans le département de Kébèmer (Louga, nord).
 
"Nos portes sont ouvertes et nous voulons privilégier le dialogue entre nos parents avec qui nous avons la commune en partage", a dit le jeune le chef de village à un groupe de journalistes. 
 
Selon lui, la majorité des populations de la commune sont favorables à ce projet contesté par une partie des populations de Diokoul dont certaines avaient adhéré au projet après plusieurs séances d’explication et une visite à Mbane dans la région de Saint-Louis où Sen India développe une activité similaire.
 
"Seulement après avoir été manipulé par des personnes animées d’une volonté de nuire, ces gens ont refusé de recevoir leur indemnisation estimant que la somme de 200 000 par ha est dérisoire", a dit M. Diagne en présence de deux autres chefs de village favorables au projet.
 
Il s’agit de Sidy Bara Diop de Medina Ndieg et Modou Gueye du village de Badara Gueye 2 qui adhérent au projet dont les retombées sur la zone ’’sont sans équivoque’’, selon lui.
 
Outre les emplois crées, affirme-t-il, les populations vont bénéficier d’une adduction d’eau potable et d’un programme d’électrification ainsi que d’un centre de santé dont l’érection figure dans le protocole d’accords signé avec Sen India.
 
Sen India envisage de cultiver de la pomme de terre sur ces surfaces avec ce projet de 25 milliards étalés sur cinq ans.

Le calme est revenu sur le site après des échauffourées survenus lundi entre les opposants au projet et la gendarmerie.


AMD/ASB/OID