Campagne arachidière : la DRDR de Fatick identifie une série de
APS
SENEGAL-AGRICULTURE-EVALUATION

Campagne arachidière : la DRDR de Fatick identifie une série de "contraintes"

Fatick, 9 jan (APS) - La Direction du développement rural (DRDR) de Fatick a indiqué mercredi avoir identifié une série de "contraintes" qui ne militent pas en faveur d’une bonne campagne de commercialisation arachidière dans cette région du centre du Sénégal.

Ces "contraintes" concernent la faiblesse du nombre de points de collecte, le démarrage encore timide de la campagne ainsi que le délai d’attente des camions avant de débarquer leurs stocks au niveau des huiliers, explique la DRDR dans son dernier rapport d’évaluation reçu à l’APS.
 
La faiblesse du nombre de points de collecte dans la région, "est liée au problème récurrent dans les critères de choix des points de collecte par les Opérateurs privés stockeurs (OPS)", renseigne la même source.
 
Selon le rapport, "cet état de fait repose le problème récurrent noté sur les critères de choix des points de collecte par les OPS lors des réunions régionales avec les huiliers".
 
"L’autre problème à l’origine de cette faiblesse, résulte des réunions régionales entre les OPS et les huiliers" et "du mauvais maillage des départements par les différents points de collecte ciblés par ces OPS’’, souligne le texte, ajoutant que sur 101 points de collecte prévus pour cette campagne 2018-2019 à Fatick, "seuls 29,70 % sont fonctionnels".
 
Le même constat s’impose s’agissant des opérateurs dont "23,73% sont actifs pour 59 opérateurs devant collecter dans la région pour ces 03 huiliers (SONACOS SA, COPEOL et CAIT)", signale-t-on de même source.
 
Sur le démarrage encore timide de cette campagne de commercialisation, le rapport de la DRDR note que "beaucoup d’opérateurs n’ont pas encore reçu les financements sollicités auprès des banques et autres institutions financières". 
 
A cela s’ajoute "les lenteurs notées en ce qui concerne la réparation et la mise en service du matériel de nettoyage et de pesée par les OPS."
 
Il y a aussi que le nombre "insuffisant des infrastructures de stockage et de conservation (seccos métalliques, magasins et autres structures adéquates) dans les communes par rapport aux OPS demandeurs ne militent pas aussi en faveur d’un bon déroulement de la campagne de commercialisation arachidière", mentionne le rapport.
 
La DRDR a également déploré les longs délais d’attente des camions au niveau des huiliers, une situation décriée par les OPS. 
 
"Cette pratique constitue un blocage quant au rythme d’évacuation des graines et par conséquent au rythme d’achat dans les différents points de collecte", a-t-il déploré.
 
Comme "corollaire à cette situation", le rapport évoque "les longs délais notés dans le règlement des factures des OPS par ces mêmes huiliers".
 
Il signale par ailleurs, au niveau national, "une autre contrainte de taille" ne militant pas en faveur d’une bonne campagne de commercialisation de l’arachide, à savoir "la concurrence des huiles végétales importées par rapport à l’huile raffinée" locale.
 
"Ceci diminue les marges financières que ces derniers devraient obtenir de la vente de leurs stocks au niveau du marché intérieur", déplore la DRDR.
 


AB/ASB/OID/BK