La Fête de la musique dédiée aux
APS
SENEGAL-CULTURE

La Fête de la musique dédiée aux "figures emblématiques" de la culture disparues

Dakar, 21 juin (APS) – L’édition 2017 de la Fête de la musique est dédiée aux "figures emblématiques" de la communauté culturelle et artistique disparues, a indiqué, mercredi, le secrétaire général du ministère de la Culture et de la Communication, Birane Niang. 
 
"Nous ressentons avec une tristesse incommensurable l’absence de ceux qui, parce qu’ayant été rappelé auprès du Créateur, ne peuvent pas vivre la fête de la musique avec nous cette année, (…). Avec les prières que nous formulons à leur intention, nous leur dédions la célébration de l’édition 2017 de la fête de la musique", a-t-il déclaré.
 
M. Niang s’exprimait lors de la cérémonie de célébration de la 36ème édition ce 21 juin de la Fête de la musique au Grand Théâtre de Dakar.
 
Il a salué la mémoire "des champions" que sont : le guitariste Cheikh Tidiane Tall, les chanteurs Abdoulaye Mbaye et Doudou Doucouré. 
 
Il a aussi eu une pensée pour des créateurs d’autres arts, à savoir le céramiste Alpha Sow, les sculpteurs Ousmane Sow et Ndary Lo, les plasticiens Issa Samb dit Joe Ouakam, Ibou Diouf, Maodo Niang et Djibril Ndiaye. 
 
La communauté artistique qui a participé à la Fête de la musique au Grand Théâtre a rendu un hommage à deux acteurs de la culture sénégalaise. 
 
Il s’agit du "maître du xalam", Samba Diabaré Samb dont le Cd a été édité par le ministère de la Culture et de la Communication et de feu Mamadou Konté, décédé le 20 juin 2007. 
 
Cette édition de la Fête de la musique a mis en lumière avec "admiration" la vie et l’œuvre "d’un opérateur culturel génial", "d’un précurseur éclairé", le "légendaire" Mamadou Konté. 
 
"Mamadou Konté, on le sait, était avant tout un découvreur et un protecteur de talents. C’est l’homme qui a orchestré le rayonnement du chanteur sénégalais Youssou Ndour avec l’album +Immigré+, propulsé sous le feux de la gloire les Touré Kunda, Manu Dibango, Salif Keita, etc." a souligné M. Birane Niang devant la veuve de Mamadou Konté et ses enfants, ses amis et collaborateurs. 
 
Pour le producteur Robert Lahout, Mamadou Konté était un "rassembleur", un homme qui a appris à l’entrepreneur culturel congolais Luc Mayitoukou "énormément de vertus". 
 
Pour son frère, le chanteur Patrick Joël Mayitoukou alias Saintrick, "la vie de Mamadou Konté, ce faiseur d’artistes, est une œuvre écrite". "J’ai appris à rester dans l’humilité de cet homme", dit-il. 
 
La directrice du festival "Africa fête", Rokhaya Daba Sarr a pris le relais pour la perpétuation de l’œuvre de Konté qui a créé ce label en 1978. 
 
Au-delà des hommages, les acteurs de la culture se sont penchés sur les thèmes des panels portant sur "La problématique de la production et de la diffusion des œuvres musicales" et "Le statut de l’artiste et des professionnels de la culture". 
 
La chorale des évêques du centre Lebret, l’orchestre national et Seyda Bineta Thiam ont égayé le public venu communier au Grand Théâtre.
 


FKS/ASB/OID