Hugh Masekela ’’avait fait de sa musique un instrument de libération’’, selon Abdou Latif Coulibaly
APS
SENEGAL-AFSUD-MUSIQUE-HOMMAGE

Hugh Masekela ’’avait fait de sa musique un instrument de libération’’, selon Abdou Latif Coulibaly

Dakar, 25 janv (APS) - Le ministre de la Culture, Abdoulatif Coulibaly, a salué dans un communiqué la mémoire de la légende sud-africaine du jazz Hugh Masekela, décédé mardi à l’âge de 78 ans, estimant qu’il avait fait de sa musique "un moment de liberté et un instrument de libération".

Hugh Masekela, considéré comme un trompettiste hors pair, s’est éteint en Afrique du Sud, des suites d’un cancer de la prostate contre lequel il luttait depuis près de dix ans. Il était présenté comme le père du jazz sud-africain.
 
"Le Sénégal (…) s’incline avec émotion devant la mémoire de l’auteur de +Bring Him Back Home+ qui a été l’hymne unissant tout le continent africain dans un même mouvement pour la libération de Nelson Mandela et le démantèlement de l’apartheid", écrit le ministre de la Culture dans un communiqué transmis jeudi à l’APS.
 
Hugh Masekela avait fait de sa musique "un moment de liberté et un instrument de libération", sa disparition "nous plonge dans une tristesse profonde et incommensurable", ajoute-t-il.
 
"Masekela est l’auteur de plusieurs compositions qui ont ébloui, transporté et exalté des générations de femmes et d’hommes, toutes cultures confondues", souligne le ministre de la Culture, avant de présenter ses "vives condoléances à la famille éplorée et à tout le peuple sud-africain".
 
 

FKS/BK