Un recueil de poèmes de Mamadou Seyba Traoré dédié à l’île de Gorée
APS
SENEGAL-LITTERATURE-PUBLICATION

Un recueil de poèmes de Mamadou Seyba Traoré dédié à l’île de Gorée

Dakar, 16 fév (APS) - L’écrivain et metteur en scène sénégalais Mamadou Seyba Traoré déclame son amour pour Gorée, dans un recueil de poèmes consacré à l’île située à 3 km au large de Dakar dont la mémoire des âmes errantes symbolise pour l’auteur la terre-mère.

Intitulé "Gorée, l’ultime retour" (édition Abis), ce recueil de 57 pages a été publié grâce au Fonds d’aide à l’édition du ministère de la Culture et de la Communication.
 
"C’est une histoire d’amour avec Gorée, j’ai beaucoup travaillé sur l’île de Gorée avec le professeur Oumar Ndao", ancien directeur de la culture et du tourisme à la mairie de Dakar, décédé en 2014, et le metteur en scène Mamadou Diop, a dit l’auteur joint par téléphone. 
 
Il évoque dès l’entame du livre son attachement au petit théâtre de Gorée, "ce lieu quasi mythique où les âmes errantes rencontraient les êtres de chair", dont le "lifting salutaire s’est fait au détriment des esprits qui y avaient élu domicile". 
 
Mamadou Seyba Traoré s’approprie la symbolique de cet espace pour exorciser la douleur de l’esclavage et "le gémissement des ancêtres arrachés à la terre mère". 
 
Il retrace aussi la douloureuse période de l’esclavage à travers une mise en scène entre une femme et un homme, séquencée de trois chants aux paroles denses, par le biais de trois points de repère dénommés "Déchirure", "Bannissement" et "Résurrection". 
 
L’écrivain sublime l’endurance du peuple noir qui "garde toujours espoir" malgré toutes les péripéties de l’histoire de l’esclavage, l’émigration clandestine, les sacrifices des tirailleurs, les travailleurs sans papiers en Europe, les émigrés africains dans le monde. 
 
"On est plus forts que le mal. Malgré tout ce que qui s’est passé" à travers l’esclavage, l’âme des captifs "est toujours là", même après que les captifs aient été dominés et arrachés à leur terre, martèle l’auteur. 
 
A travers cet ouvrage, son quatrième, l’auteur ambitionne d’exorciser le gémissement des ancêtres retrouvant la terre natale et qui restent en communion avec les vivants.
 
Mamadou Seyba Traoré se particularise par une "passion transcendante" pour les lettres, depuis son passage à l’Ecole des arts du spectacle et des techniques de diffusion de Belgique.
 
Ce natif de Dakar, romancier, poète et metteur en scène, a occupé les fonctions de secrétaire général du Théâtre national Daniel Sorano. 
 
Il compte à son actif trois autres ouvrages, dont "Les p’tits gars de l’école du chemin des Avens", roman publié en 2010. Il y a aussi "D’or et de plomb" (2017), un recueil de poésie, et "Banlieue blues", du même genre, publié en 2018. 


FKS/BK/ASG