Ségolène Royal : ‘’Ce que je peux enfin vous dire’’ est inspiré du mouvement ‘’#Metoo’’
APS
SENEGAL – FRANCE - LITTERATURE

Ségolène Royal : ‘’Ce que je peux enfin vous dire’’ est inspiré du mouvement ‘’#Metoo’’

Dakar, 1 er avr (APS) – Le dernier livre intitulé ‘’Ce que je peux enfin vous dire’’ de l’ancienne candidate à la présidentielle française, Ségolène Royal est inspiré du mouvement ‘’#Metoo’’, né en octobre 2018 aux Etats-Unis, a dit, lundi, l’auteur lors de la présentation au Musée de la femme Henriette Bathily. 
 

‘’C’est un livre que j’ai écrit après +#Metoo+ au moment de la libération de la parole des femmes, je me suis dite moi aussi il faut que je libère ma parole’’, a expliqué Ségolène Royal.

 
Selon elle, si ce mouvement n’existait pas, elle n’aurait pas écrit ce livre qui raconte des choses vécues et qu’elle n’a jamais dites. 
 
‘’Si le mouvement n’existait pas, il y a beaucoup de choses que je n’aurais pas osé dire peut-être, notamment sur la dureté de ce que l’on entend en politique, les femmes malmenées et insultées se taisent, car elles se disent qu’elles vont tomber dans un pugilat’’, souligne-t-elle.
 
Ségolène Royal dit parler par ‘’devoir’’ pour donner du courage aux femmes. 
 
‘’C’est pour leur dire que même moi qui arrive au second tour de la présidentielle française, j’ai subi des injustices qu’un homme ne subit pas en politique. Il faut que toutes les femmes aient ce courage de stopper ce type de comportement et d’imposer leur dignité’’. 
 
Mme Royal est largement revenue sur le contenu de son livre qui retrace surtout les agressions qu’elle a subies tout au long de son parcours politique et même au sein de sa formation socialiste. 
 
Elle revient sur les agressions verbales qu’elle a subies lors de la campagne présidentielle de 2007 et auxquelles elle n’a jamais répondu parce que dit-elle, ’’si je répondais cela va me tirer vers le bas, car je serais là à répondre aux agressions verbales’’. 
 
Elle explique aussi qu’à l’époque, elle n’a volé la candidature de personne comme l’insinuaient certains, elle estime qu’elle s’est battue au primaire socialiste face à deux hommes, François Hollande et Dominique Strauss Kan, et quatre millions de Français ont voté pour elle avec 60 % des voix au premier tour. 
 
Ségolène Royal a été souvent qualifiée ‘’d’intrus’’ ou ‘’d’illégitime’’ lorsqu’elle était promue à des postes de responsabilité à l’Assemblée Nationale Française ou au gouvernement, car elle a été quatre fois député, autant de fois ministre et d’enfants mis au monde. 
 
Pour elle, la conciliation entre sa vie politique et celle de mère était vu comme ‘’une faiblesse’’. 
 
‘’Si on veut une société équilibrée, il y a beaucoup de travail à faire. Peut-être que les choses iraient mieux si le pouvoir était plus équilibré entre les femmes et les hommes ’’, dit-elle. 
 
L’ancienne présidente de la COP21 a relevé dans son ouvrage un parallélisme entre les violences et les injustices faites aux femmes et celles subies par la nature. 
 
‘’Cela m’a frappée au fur et à mesure de mes engagements sur l’égalité des droits et sur la défense de la nature. On a les mêmes vocabulaires. On parle de la nature abîmée et de la femme abîmée, de la femme souillée, de la nature souillée, etc.’’, relève-t-elle. 
 
Ségolène Royale donne des conseils aux femmes pour surmonter les épreuves, croire à ce qu’elles font, garder la tête haute, croire à l’idéal et refuser de sacrifier une partie de soi. 
 
L’ancienne candidate socialiste à la présidentielle française de 2007 a publié plusieurs ouvrages. 
 

FKS/MD