APS
SENEGAL-CULTURE-LITTERATURE

"De Tendième à Tamianghone", le récit du retour de Fidèle Diémé à ses sources

Dakar, 7 avr (APS) – L’auteur Fidèle Diémé a présenté son livre "De Tendième à Tamianghone" comme un retour à ses sources, par lequel il décrit le combat mené par ses parents pour échapper à la pression sociale, dans leur village.

 
"Cet ouvrage est le combat que papa et maman ont mené pour voir se réaliser un vœu, celui d’avoir un héritier, car c’était la fin des échecs répétés d’enfants qui meurent à bas âge. Sept enfants sont décédés avant moi. Pour préserver ma vie, on leur a demandé de sortir du village et d’aller ailleurs", raconte M. Diémé en intervenant à la cérémonie de dédicace de son livre, mercredi, à la librairie L’Harmattan-Sénégal, à Dakar.
 
Plusieurs personnalités, dont ses ex-collègues du ministère de la Culture, des membres de sa famille et ses voisins de quartier ont participé à la cérémonie.
 
L’exil forcé pour la naissance de Fidèle Diémé eut comme point de chute Tamianghone, un village distant de Tendième de trois kilomètres, dans le département de Bignona (sud).
 
Cet ouvrage est surtout "une séquence de la destinée d’une famille, avec le courage d’un père, l’abnégation d’une mère et l’apprentissage de la vie d’un fils", écrit l’auteur. 
 
Dans le livre, il est question de retracer l’itinéraire de cet exil, "un itinéraire plutôt connu qu’imaginaire", selon Fidèle Diémé, qui agrémente son récit avec une description des quartiers de son enfance, des "faits épiques" et des personnes singulières.
 
"Ceux qui m’ont raconté ces histoires sont morts. J’ai noté ces histoires. Aujourd’hui, j’ai décidé de les transmettre par version papier", expliqué l’auteur, qui dédie cet ouvrage à la "jeunesse", à "ceux qui auront besoin de repères". 
 
Et le présentateur de l’ouvrage, Abdoulaye Racine Senghor, critique littéraire, de relever "cette obligation de transmission" de son vécu notée chez l’auteur.

"Il y a une description assez précise des faits, des activités familiales et une caractérisation des personnages", commente M. Senghor après lecture de l’ouvrage de son ancien collègue du ministère de la Culture.
 
Au-delà des us et coutumes évoqués, ce livre renseigne sur l’histoire du terroir de l’auteur et de ses environs, en revenant notamment sur les "problèmes politiques" entre Léopold Sédar Senghor et Lamine Guèye, les leaders de la marche du Sénégal vers l’indépendance, devenus ensuite président de la République, pour le premier, et président de l’Assemblée nationale pour le second. 
 
L’ouvrage fournit aussi des informations sur l’islamisation dans le sud du Sénégal, les conflits internes, l’organisation des cérémonies traditionnelles, les origines des noms de famille de la communauté diola, etc.
 
Fidèle Diémé décrit également les formes de solidarité qui existaient à l’époque, le souci de l’excellence et de la réussite, etc.
 
"De Tendième à Tamianghone" montre, selon Abdoulaye Racine Senghor, l’attachement particulier de l’auteur à sa famille, le lien très fort avec son père, lequel est décédé à l’âge de 104 ans, lorsque Fidèle Diémé se trouvait à Kiev, en Ukraine. 
 
L’auteur poursuivait des études de cinéma et d’art théâtral dans ce pays de l’ex-URSS. Il fut à son retour au Sénégal, six ans après, après de multiples fonctions occupées dans l’administration sénégalaise, directeur de la cinématographie, en 2010-2011.
 
Le livre "De Tendième à Tamianghone" est le premier ouvrage de Fidèle Diémé, qui, auparavant, a écrit plusieurs scénarios et a travaillé sur de nombreux films de cinéastes sénégalais, alors qu’il était encore directeur de la photographie, au ministère de la Culture. 
 
Abdoulaye Racine Senghor signale que le livre de M. Diémé est à la fois "un essai, un document, un manuscrit et un roman".
 
"Le style d’écriture est circulaire : un fait est annoncé au début et est développé 50 pages plus loin ; les choses sont annoncées puis présentées et précisées. C’est le procédé du scénario", analyse M. Senghor, en présentant l’ouvrage et son auteur.
 
"Les faits sont très imagés, on voit et on sent Tendième et Tamianghone", ajoute le critique littéraire.
 
Fidèle Diémé a fait ses études secondaires à Bignona et au lycée Blaise-Daigne de Dakar. 
 
Il a étudié la cinématographie en Union soviétique, tout comme Ousmane Sembène (1923-2007) et d’autres cinéastes africains, dans les années 70.

Il a été président de l’Association des cinéastes sénégalais associés (Cinéseas) et secrétaire administratif national du Syndicat des professionnels de l’information et de la communication du Sénégal (SYNPICS).

FKS/ASG/ESF/BK