Vers une réforme des
APS
SENEGAL-CINEMA-PERSPECTIVES

Vers une réforme des "mécanismes endogènes" de financement dont le FOPICA

Dakar, 14 mars (APS) - Le ministre de la Culture Abdou Latif Coulibaly a fait part de la volonté de l’Etat de réformer dans les meilleurs délais "les mécanismes endogènes de financement" du cinéma, dont le Fonds de promotion de l’industrie cinématographique et audiovisuel (FOPICA).
 

Le gouvernement du Sénégal s’engage "à réformer les mécanismes endogènes de financement, notamment le FOPICA", en vue de contribuer au développement du secteur, a-t-il annoncé mercredi à Dakar à l’occasion d’une cérémonie dite "Sargal" dédiée aux lauréats du dernier Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO). 
 
Selon Abdou Latif Coulibaly, la réforme à laquelle le gouvernement travaille devrait "garantir la transparence, l’équité, l’efficacité et l’efficience" de ces mécanismes de financement. 
 
Dans cette perspective, il faut envisager la jonction des guichets du FOPICA avec ceux de la Délégation générale à l’entreprenariat rapide (DER), du Fonds de garantie des investissements prioritaires (FONGIP), du Fonds de financement de la formation professionnelle et techniques (3FPT), de la Banque nationale pour le développement économique (BNDE), entre autres.
 
De cette manière, le président de la République compte marquer "toute sa détermination et sa sollicitude" à booster les activités de l’industrie cinématographique au Sénégal, a-t-il indiqué.
 
L’Etat compte ainsi créer un centre cinématographique et audiovisuel ainsi qu’une commission nationale du film, comme stipulé par la loi 2002-18 du 15 avril 2002 portant règlement du secteur du cinéma et de l’audiovisuel au Sénégal. 
 
A ce titre, l’ensemble des instruments législatifs, réglementaires, juridiques seront mis en application, selon le ministre, de même que les outils contenus dans les politiques culturelles et cinématographiques existantes seront améliorés. 
 
Lors du Conseil des ministres du 6 mars dernier, le chef de l’Etat avait réaffirmé la nécessité de travailler à "booster" l’industrie cinématographique sénégalaise, a rappelé Abdou Latif Coulibaly.
 
Macky Sall a ainsi instruit la production d’un répertoire des films sénégalais, de même qu’il a demandé le repositionnement des Rencontres cinématographiques de Dakar (RECIDAK) dans l’agenda international du 7e art pour la consolidation durable du cinéma sénégalais. 
 


FKS/BK