Macky Sall plaide pour un fonds africain de promotion du cinéma
APS
SENEGAL-BURKINA-AFRIQUE- CINEMA

Macky Sall plaide pour un fonds africain de promotion du cinéma

Ouagadougou (Burkina Faso), 24 oct (APS) – Le chef de l’Etat sénégalais Macky Sall a plaidé, samedi, pour la mise en place à l’échelle du continent africain de fonds d’un promotion du cinéma.
 
Il a promis de travailler sur cette question avec son ‘’ami et frère’’ Rock Marck Christian Kaboré, président du Burkina Faso, pour qu’à l’échelle de l’Union africaine, il soit mis en place un ‘’fonds de promotions du cinéma’’.
 
Prenant part à la clôture de la 27e édition du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco, 16-23 octobre), il a invité les Africains à accompagner et à financer le cinéma africain. 
 
‘’Les Africains doivent prendre de plus en plus une part importante dans le financement du cinéma africain, puisque c’est comme cela seulement que nous pourrons être maître des lignes, puisque le cinéma africain doit aussi être un cinéma qui parle à l’Afrique’’, a-t-il estimé. 
 
Il doit d’abord être ‘’un cinéma pour les Africains avant d’être un cinéma pour le monde’’, a-t-il insisté, plaidant pour une augmentation des fonds alloués au 7e art africain. 
 
‘’Il faut que tous les pays accompagnent leur cinéaste afin que la qualité de notre cinéma soit à la hauteur du cinéma mondial’’, a fait valoir le président Sall. 
 
Il a félicité le peuple burkinabéèet le président Kaboré qui ont maintenu le Fespaco malgré les conditions sanitaires et sécuritaires extrêmement difficiles. 
 
 ‘’Je repars très satisfait et merci pour l’hospitalité burkinabè. Le Fespaco s’est tenu malgré les conditions de sécurité et sanitaires extrêmement difficiles. Cela montre la résilience du peuple burkinabè et de son gouvernement pour que l’espoir puisse renaitre et que le Fespaco puisse continuer à éclairer le cinéma africain’’, a-t-il souligné.
 
Il estime que le Fespaco a écrit ses lettres de noblesse. ‘’C’est l’occasion de féliciter les cinéastes, les acteurs et producteurs, tous ceux qui gravitent autour du cinéma et de l’audiovisuel’’, déclare-t-il.
 
Il a souligné que le montant du Fonds de promotion de l’industrie cinématographique et audiovisuelle (Fopica) sera porté à deux milliards à partir de janvier 2022. 
 
Pour sa part, le président du Burkina Faso Rock Marc Christian Kaboré a remercié le président Sall pour sa présence au Fespaco malgré son calendrier chargé. 
 
‘’C’est un signe de l’amitié et de la fraternité qui lie le peuple burkinabè au peuple sénégalais’’, a-t-il magnifié. 
 
La 27e édition du Fespaco, organisée dans des conditions sanitaires et sécuritaires difficiles, a ‘’rempli toutes ses promesses’’, a dit le président burkinabè. 
 
‘’Il n’est pas difficile de voir que tous les artistes, chorégraphes, réalisateurs, acteurs ont fait montre de leur joie d’avoir participé à ce Fespaco. Cela doit nous réjouir et nous réconforter’’, a-t-il ajouté. 
 
Il a aussi plaidé pour davantage de moyens en faveur du secteur du cinéma. 
 
‘’Quant à la volonté des cinéastes africains de faire en sorte que le cinéma africain ait sa place dans le monde, cela est encourageant et cela nous ramène à nos responsabilités de gouvernants pour donner un peu plus de moyens à ce secteur afin de lui permettre de se développer’’, a-t-il souligné.
 
Il s’est dit satisfait de la forte participation aussi bien des festivaliers que des acteurs à cette 27e édition du Fespaco.
 
‘’Ils ont fait de grandes rencontres sur ce qui empêche le cinéma africain de progresser, j’espère que nous aurons un rapport de l’ensemble de ces conclusions et nous travaillerons chacun à son niveau pour relever ces différents goulots’’, assure-t-il. 


FKS/ASG