Le film
APS
SENEGAL–CULTURE-CINEMA

Le film "Grand Place" d’Anne Jo Brigaud montre "un visage nostalgique" de Saint-Louis

Dakar, 19 mai (APS) – Le documentaire "Grand place", de la réalisatrice franco-sénégalaise Anne Jo Brigaud, projeté au Théâtre national Daniel-Sorano, mercredi, à Dakar, montre un "visage nostalgique" de la ville Saint-Louis (nord).

Le film de 70 minutes fait un zoom sur la rue Lieutenant Pape-Mar-Diop, où des personnes du troisième âge se retrouvent pour discuter de divers sujets liés notamment au "vieux Saint-Louis", cette ville tricentenaire.

L’œil de la caméra est fixé sur le vieux S. Thiam qui, chaque matin, arrive, après la traversée du pont Faidherbe, à son atelier conservé jalousement dans cette rue singulière du nord de l’île.

L’atelier s’ouvre sur le fleuve, non loin du débarcadère du mythique bateau "Bou El Mogdad". Un fleuve qui voit débarquer des bateaux venus de divers horizons. Le théâtre aussi de nombreuses régates "belles à voir".

Il y a aussi le quai de pêche de Saint-Louis, les anciens lieux de commerce très "florissants" de cette ville, comme "Les Messageries du Sénégal" ou le "Fret", des lieux figés dans la mémoire de Saint-Louisiens.

Et le regret se lit sur le visage de ces personnages du troisième âge qui se désolent le "dépérissement" de la ville, la "pauvreté" et "la mort" du métier d’antiquaire, une conséquence des "problèmes" auxquels est confronté le tourisme local.

Le film met un visage sur le nom du lieutenant Pape Mar Diop, dont les photos-souvenirs ont été dévoilées par des vieux qui ont bien connu ce combattant de la Première guerre mondiale (1914-1918).

Un autre nom "légendaire" de Saint-Louis est évoqué, celui du boxeur Battling Siki, Louis Mbarick Fall, à l’état civil. Il est né à Saint-Louis en septembre 1897 et a été le premier champion africain de boxe.

"Une Afrique positive"

Selon les amis du vieux Thiam, le boxeur a été assassiné en 1925 à New York, aux Etats-Unis, et "sa dépouille a été ramenée dans sa ville natale, où il repose, au cimetière Thiaaka-Ndiaye".

L’un des passants de la rue Lieutenant Pape-Mar-Diop affirme que le développement du Sénégal partira de la vallée du fleuve Sénégal, dans l’actuelle région de Saint-Louis. Une prophétie qu’il réitère "depuis 25 ans". Il est question de développement économique, de métissage, etc., dans les causeries quotidiennes des personnes du troisième âge.

Selon Anne Jo Brigaud, "Grand place" montre "une Afrique positive, avec de belles images prises en panorama pour expliquer qu’il n’y a pas que ce côté négatif qui est toujours mis en exergue dans les médias occidentaux".

A ceux qui ne connaissent pas l’histoire de la ville de Saint-Louis, capitale de l’Afrique occidentale française, l’occasion est donnée, avec ce documentaire, de connaître un pan de son histoire. Pour certains, ceux de la génération de S. Thiam, regarder "Grand place", c’est ouvrir un cahier de souvenirs.

Le documentaire est une production de "Sunuy Films", une structure basée à Lyon, en France. Il a bénéficié du Fonds de promotion de l’industrie cinématographique et audiovisuelle (FOPICA), mis en place par le ministère sénégalais de la Culture et de la Communication.

FKS/ESF/OID