L’OIF appelle à
APS
SENEGAL-CINEMA-PERSPECTIVES

L’OIF appelle à "une réelle introspection" pour "un nouveau départ" du 7e art sur le continent

De l’envoyée spéciale de l’APS : Fatou Kiné Sène

Ouagadougou (Burkina Faso), 26 fév (APS) - La directrice de la diversité et de la langue française à l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), Youma Fall, appelle les professionnels des cinémas africains et de la diaspora à "une réelle introspection" pour un nouveau départ du cinéma africain. 

"Nous pensons que c’est important un temps de pause pour une réelle introspection. Il est indispensable de construire à partir du passé, c’est dans le passé que l’on trouve le fondement même de la réflexion", a-t-elle déclaré.
 
Youma Fall participait lundi à un colloque portant sur le thème "Confronter notre mémoire et forger l’avenir d’un cinéma panafricain dans son essence, son économie et sa diversité", dans le cadre de la 26e édition du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO).
 
Selon la directrice de la diversité et de la langue française à l’OIF, "une chose est d’agir, mais il faut avant d’agir, réfléchir". 
 
"Nous attendons des résultats sur la problématique de la formation des acteurs de la filière, sur la diffusion des œuvres pour un marché africain et la problématique du droits d’auteur, des droits voisins à l’ère du numérique", a-t-elle indiqué. 
 
L’OIF sera "très attentif" aux résultats des réflexions attendues sur ces thématiques, lesquelles devraient contribuer à "nourrir" sa programmation et sa planification, a ajouté Mme Youm.
 
Dans cette perspective, la Fédération panafricaine des cinéastes (FEPACI) s’est donnée comme mission de recouvrir toutes ses archives cinématographiques et audiovisuels à travers le monde, en demandant aux Etats de créer des cinémathèques nationales. 
 
"Forger l’avenir, bâtir quelque chose de solide pour nous projeter dans le présent et l’avenir en tenant compte de la question essentielle, l’Afrique malgré sa diversité culturelle est à la croisée des chemins et porte des valeurs à vocation universelle’’, fait valoir cette structure. 
 
Le gouvernement burkinabè, de son côté, a dit suivre avec intérêt les conclusions qui sortiront de ce colloque et promis de prendra "des dispositions nécessaires pour la mise en œuvre de ces recommandations".
 
FKS/BK