Cinéma et audiovisuel : 92 cartes professionnelles délivrées aux acteurs
APS
SENEGAL–CULTURE

Cinéma et audiovisuel : 92 cartes professionnelles délivrées aux acteurs

Dakar, 12 avr (APS) – La Commission nationale de délivrance de la carte professionnelle du cinéma et de l’audiovisuel du Sénégal a délivré 92 cartes à des acteurs de la cinématographie, pour sa première session, après avoir enregistré 149 demandes de ce sésame, a annoncé son coordonnateur, Alpha Sadou Gano, mardi, à Dakar. 
 
"Au total, 149 dossiers ont été reçus par la commission. Il y a 59 dossiers concernant la réalisation, 21 pour la production et la régie, 14 pour les professionnels de l’image, 10 pour ceux du son, autant de dossiers pour le montage, 4 pour la machinerie, 7 pour la distribution et l’exploitation, autant pour l’infographisme et le multimédia, et 17 dossiers pour d’autres métiers du cinéma", a précisé M. Gano.

Il s’exprimait lors de la remise de financements aux bénéficiaires du Fonds de promotion de l’industrie cinématographique et audiovisuelle (FOPICA), pour la gestion 2016, à la Maison de la culture Douta-Seck, en présence du ministre de la Culture et de la Communication.
 
Selon lui, l’étude des dossiers présentés par les demandeurs des cartes professionnelles du cinéma et de l’audiovisuel a été l’objet d’"un travail minutieux", qui a permis de "rejeter certaines demandes, dont les requérants ont inclus dans leur filmographie des choses" n’en faisant pas partie.
 
De "faux curriculum vitae ont été détectés. Nous sommes vigilants", a souligné Alpha Sadou Gano, rappelant que la commission est constituée de professionnels du cinéma et de l’audiovisuel. 
 
Pour obtenir la carte professionnelle du cinéma, le requérant doit être de nationalité sénégalaise, avoir une formation académique et professionnelle, prouver "la pertinence de ses diplômes" et avoir été sélectionné pour une participation à des festivals, a rappelé M. Gano.
 
Selon lui, 48 dossiers ont été ajournés pour non-respect de ces critères définis par un décret de 2004 qui organise l’accès aux cartes professionnelles du cinéma et de l’audiovisuel.
 
Dans le cinéma, 22 branches de métiers - comprenant en tout 88 "sous-branches" - ont été recensées, précise M. Gano.
 
Le ministre de la Culture et de la Communication, Mbagnick Ndiaye, a remis mardi, à titre posthume, des cartes à des professionnels du cinéma aujourd’hui décédés, dont Ousmane Sembène, Paulin Soumano Vieyra, Djibril Diop Mambéty, Cheikh Tidiane Diop, Khady Sylla, Samba Sarr et Thierno Faty Sow.
 
Une carte a été symboliquement remise au doyen des cinéastes sénégalais, Ben Diogaye Bèye.
 
"C’est un hommage que nous leur rendons, pour saluer le combat qu’ils ont mené pour qu’une telle structure (la Commission nationale de délivrance de la carte professionnelle du cinéma et de l’audiovisuel, Ndlr) soit mise en place", a expliqué le directeur de la cinématographie, Hugues Diaz.
 
Les réalisateurs Cheikh Ngaïdo Ba, Ben Diogoye Bèye, Coumba Sarr, Nicolas Sawalo Cissé, et le chef machiniste Arona Camara, ont reçu leur carte des mains du ministre de la Culture et de la Communication. 
 
Ils ont salué le travail de la commission, en estimant que cette structure va aider à mieux organiser le secteur du cinéma et de l’audiovisuel. 
 
"Je suis très heureux de l’adhésion des professionnels du cinéma et l’audiovisuel, tous âges et toutes expériences confondus, à la commission chargée de cette carte professionnelle, qui a connu un véritable engouement dès sa mise en place", s’est réjoui Mbagnick Ndiaye. 
 
Une démonstration de la sécurité de la carte a été faite par des agents de GS1 Sénégal, l’entreprise chargée de la confectionner avec la collaboration du ministère de la Culture et de la Communication.
 
"Les données sont sécurisées sur les serveurs de base de GS1 Sénégal. Elles sont normées sur le plan international. Et le plus important, au-delà de la sécurité, c’est la traçabilité des cartes", a assuré Amadou Sow, un représentant de GS1 Sénégal. 
 
"Il est possible, grâce à nos applications mobiles, de vérifier l’authenticité de la carte. Toutes les données enregistrées dans les systèmes d’information sont garanties par un ensemble de procédures de sécurité", précise Amadou Sow.
 
Mbagnick Ndiaye dit être réconforté par la détermination des acteurs culturels à l’aider à réaliser les projets de son ministère.

FKS/ESF/BK