Les MSAD ambitionnent d’aller à la conquête du marché international de l’art
APS
SENEGAL-ARTS-AMBITION

Les MSAD ambitionnent d’aller à la conquête du marché international de l’art

Thiès, 8 mars (APS) - Les Manufactures sénégalaises des arts décoratifs de Thiès (MSAD) ambitionnent d’aller à la conquête du marché international de l’art, pour faire connaître davantage leur expertise dans le domaine de la tapisserie, a indiqué leur directeur général, Aloyse Ndam Diouf.
 
’’Ce que nous souhaitons c’est accéder au réseau international de vente d’œuvre d’art, cette notoriété (celle des MSAD), nous voulons aussi la mettre sur le marché et permettre un écoulement plus facile des œuvres’’, a dit à l’APS le responsable de cette société créée en 1966.
 
Il a relevé que les manufactures envisagent de travailler avec des galeries et participer à des expositions internationales pour mieux faire connaître leur label.
 
Evoquant la récente visite d’une trentaine d’ambassadeurs et diplomates à la veille du 54-ème anniversaire des MSAD, M. Diouf a souligné que les Manufactures ont une culture d’accueil avec un circuit touristique depuis l’époque du président-poète Léopold Sédar Senghor, qui en est l’initiateur.
 
Le président Senghor les faisait visiter à ses hôtes de marque, les utilisant comme un instrument de diplomatie.
 
En 2019, la structure avait reçu ‘’près de 5.000 visiteurs’’, dont une trentaine d’ambassadeurs, en fin d’année, selon Aloyse Diouf.
 
’’ C’est important pour nous, car c’est une reconnaissance de ce que la manufacture a fait et réalisé à travers le monde car de nombreuses œuvres sont, soit cédées, soit offertes par le président de la République’’, a-t-il souligné.
 
De nombreuses tapisseries sont visibles, selon lui, au sein des grandes institutions du monde, expliquant ainsi le ‘’prestige’’ et la ‘’notoriété’’ des manufactures de Thiès.
 
Après un demi-siècle d’existence, les manufactures vont diversifier leurs produits en lançant ‘’sous peu’’, la sérigraphie, après avoir introduit l’impression numérique. Ces nouvelles offres vont s’ajouter aux formations en céramique et batik déjà dispensées à des jeunes dans le cadre d’un programme de formation-insertion.
 
Ce qui leur permettra dans le cadre d’un contrat de performance, de rentabiliser davantage l’établissement, en plus du rôle de prestige et de diplomatie qu’il joue pour le pays à travers le monde. 

MF/ADI/ASG