Des tapisseries monumentales pour commémorer le cinquantenaire des MSAD de Thiès
APS
SENEGAL-CULTURE-SOCIETE

Des tapisseries monumentales pour commémorer le cinquantenaire des MSAD de Thiès

Dakar, 7 avr (APS) - Une exposition itinérante des tapisseries des Manufactures sénégalaises des arts décoratifs (MSAD) de Thiès (ouest) a été officiellement lancée, vendredi, à Dakar, avant-dernière étape d’une série commémorant les 50 ans de cet établissement, a constaté l’APS.
 
Le vernissage de cette exposition s’est déroulé au King Fahd Palace, un espace cadrant avec "les produits de luxe" proposés par les MSAD, selon le directeur général de cette entreprise dédiée aux arts décoratifs, Alyose Diouf.
 
"L’espace cadre avec ce que nous voulons des Manufactures sénégalaises, parce que la tapisserie, c’est un autre produit de luxe qui ne doit pas être traité n’importe comment", a-t-il expliqué.
 
D’où la décision des MSAD de porter leur choix sur des lieux tels que le King Fahd Palace et le Monument de la Renaissance africaine, à Dakar, où l’exposition itinérante a démarré le 11 novembre dernier, a rappelé Aloyse Diouf.
 
Elle s’est ensuite poursuivie au siège de la Sonatel, sur la Voie de dégagement nord (VDN), à Dakar, puis au Grand Théâtre, à la Galerie nationale d’art, avant le King Fahd Palace, a signalé le directeur général des Manufactures sénégalaises des arts décoratifs.
 
La dernière étape de cette exposition itinérante va se dérouler à Saint-Louis (nord), du 24 avril au 1er mai, à l’occasion du Festival international de jazz. 
 
Le vernissage de ce vendredi a permis de découvrir ces belles œuvres de plus de trois mètres de hauteur pour deux mètres de largeur, toutes inspirées du patrimoine culturel sénégalais. 
 
Il y a notamment "Les oiseaux bleus" et "La fleur de colombe", de Mamadou Gaye ; "Téranga Sénégal", de Khalifa Guèye, qui montre la grâce et l’élégance de la femme sénégalaise.
 
"Dienne niche des lumières", de Mouhamed Ndir, complète le tableau, à côté de tapis de sol et de prière étalés à même le sol du hall de l’espace "Baobab" du King Fahd Palace. 
 
Ces tapisseries exposées dans une ambiance toute colorée rendent compte de deux niveaux d’expression, selon Alioune Badiane, le commissaire de l’exposition. 
 
"Les tapisseries, au fur et à mesure que leurs dimensions augmentent, prennent un caractère monumental qui amplifie l’expression, la matière de l’artiste, souvent de dimension réduite, mais une fois que l’agrandissement est faite, elles donnent un autre niveau d’expression", a-t-il expliqué.
 
"Les couleurs froides deviennent plus discrètes et celle qui sont chaudes deviennent plus éclatantes", ce qui fait qu’on "baigne dans une ambiance colorée et presque indescriptible", ajoute M. Badiane.


FKS/BK/ESF