Une association cherche à vulgariser le cousinage à plaisanterie
APS
SENEGAL-AFRIQUE-CULTURE

Une association cherche à vulgariser le cousinage à plaisanterie

Dakar, 4 nov (APS) – L’association ‘’Ethnies cousines du Sénégal’’ s’engage à transmettre aux nouvelles générations ‘’ce qu’il y a de plus sacré et de plus précieux dans les pratiques des ethnies et le cousinage à plaisanterie’’, a-t-on appris de son président, Sécouna Baldé.
 
‘’Nous entendons faire connaître ce qu’il y a de plus sacré et de plus précieux dans les pratiques des ethnies et le cousinage à plaisanterie aux nouvelles générations, par l’organisation de manifestations culturelles, pour cultiver la paix et la stabilité’’, a-t-il dit lors d’un entretien avec l’APS.
 
M. Baldé a promis d’‘’étendre’’ son association à la Gambie, à la Guinée et à la Guinée-Bissau.
 
Créée le 24 mars 2019, l’association ‘’Ethnies cousines du Sénégal’’, dont le siège se trouve aux HLM Fass Paillotte, à Dakar, regroupe les Diolas, les Peuls et les Sérères, trois ethnies liées par le cousinage à plaisanterie.
 
‘’L’association cherche à s’ouvrir aux ethnies des trois pays ciblés’’, a expliqué son président, souhaitant l’étendre au-delà de la Guinée, de la Guinée-Bissau et du Sénégal.
 
‘’Nous sommes allés cueillir dans nos valeurs traditionnelles ce qu’il y a de plus précieux, que nous avons tendance à ranger aux oubliettes. Jadis, des individus issus d’ethnies liées par le cousinage à plaisanterie ne se faisaient jamais la guerre, ne se battaient pas, et se respectaient mutuellement’’, a-t-il souligné. 
 
Selon Sécouna Baldé, ces ethnies avaient recours à l’humour pour entretenir et maintenir des relations pacifiques. Et lorsque survenait un problème, il suffisait juste de connaître le nom de son protagoniste pour faire la paix, a-t-il ajouté. 
 
L’association veut promouvoir et revaloriser le cousinage à plaisanterie, ce lien indéfectible entre les Diolas, les Peuls et les Sérères, en s’ouvrant surtout aux autres cultures.
 
Elle travaille, dit son président, à redynamiser et revaloriser les cultures de ces ethnies dans les zones urbaines, rurales et de la diaspora.
 
‘’Nous entendons aussi collaborer avec des organisations travaillant avec les communautés de base, les associations locales ou toute autre bonne volonté’’, a assuré Sécouna Baldé.
 
‘’Nous envisageons aussi de mettre en place des initiatives pour la promotion de la lecture et de l’écriture de ces langues (le diola, le peul et le sérère). Nous sommes dans la phase de la massification et de la cohésion, dans la diversité, pour ainsi devenir un ensemble pluriel’’, a-t-il promis.
 
Secouna Baldé assure que l’association compte mettre en exergue le brassage culturel, à travers les mariages, les baptêmes, les funérailles et d’autres cérémonies. ‘’Ces activités nous ont permis de nous rapprocher’’, s’est-il réjoui.
 
Pour éviter le Covid-19, a-t-il ajouté, l’association a organisé, par vidéoconférence, une ‘’journée scientifique’’, pour la production d’un ‘’document d’orientation’’ de ses activités. 


SG/ASG/ESF