Un professionnel prône le numérique pour préserver les archives
APS
SENEGAL-SOCIETE

Un professionnel prône le numérique pour préserver les archives

Saint-Louis, 8 juin (APS) - Le chef du centre de documentation des archives de l’Organisation pour la mise en valeur du fleuve Sénégal (OMVS), Babacar Diong, exhorte les professionnels du secteur à s’orienter vers le numérique et à recourir à d’autres créneaux tels que le théâtre et les films d’animation pour sensibiliser davantage à la préservation du patrimoine documentaire.

"J’exhorte les professionnels de l’information documentaire à utiliser le numérique" pour une meilleure préservation des archives, a-t-il lancé mardi à l’occasion d’une rencontre de sensibilisation initiée en prélude à la Journée internationale des archives.
 
"Si on n’y prend garde, on risque de ne rien laisser aux générations futures" en termes de patrimoine documentaire, a prévenu Babacar Diong, à l’ouverture de cette rencontre prévue pour se dérouler jusqu’au 11 juin prochain, à l’initiative de l’association des archivistes et documentalistes du Sénégal à Saint-Louis.
 
Selon Babacar Diong, le numérique "offre beaucoup de possibilités en termes de conservation, de diffusion, de valorisation".
 
Aussi invite-t-il ses collègues archivistes à "renforcer la sensibilisation sur l’importance des archivistes", à travers l’exploration de "créneaux autres que ceux appris à l’école".
 
Il cite le théâtre et les films d’animation, entre autres moyens de sensibiliser davantage les populations à la préservation du patrimoine documentaire.
 
Le chef du centre de documentation de l’OMVS appelle de même les autorités à veiller à la protection des institutions du patrimoine en cas notamment de manifestations de protestation.
 
Il note que certaines mairies dont les sièges ont été saccagés dans des manifestations populaires se trouvent désormais dans l’impossibilité de délivrer des extraits de naissance à des citoyens.
 
Le centre de documentation et des archives de l’OMVS, logé à Ndar Toute, a été saccagé lors de manifestations de population réclamant des licences de pêche dans le cadre d’accords liant le Sénégal à la Mauritanie.
 
Cet événement a été vécu comme un drame par le personnel du centre de documentation et des archives de l’OMVS, mis au chômage technique.
 
Les services du centre de documentation de l’OMVS, dont les locaux avaient été réhabilités à hauteur de 600 millions de francs CFA avant ce saccage, sont désormais dans des locaux loués au quartier Vauvert.
 
Le centre de documentation de l’OMVS dit avoir perdu près de 3000 documents dans ce saccage.


AMD/BK/ASG