Saint-Louis : la statue de Faidherbe remise à sa place
APS
SENEGAL-PATRIMOINE

Saint-Louis : la statue de Faidherbe remise à sa place

Saint-Louis, 22 sept (APS) - La statue de l’ancien gouverneur du Sénégal, Louis Faidherbe, transférée provisoirement dans le bâtiment de Rognat Sud après une chute lors d’une tempête le 5 septembre dernier, a été remise à sa place, a constaté l’APS.
 
Sa réinstallation devant la gouvernance de la région a été menée par les ouvriers en charge de sa réhabilitation. Elle était tombée dans la nuit du mardi 5 septembre 2017 lors de fortes pluies qui s’abattaient sur la ville. 
 
La chute de ce monument historique de la ‘’capitale du Nord’’, est survenue à la veille de la célébration du ‘’magal des deux rakaa’’, qui commémore la prière effectuée par Cheikh Ahmadou Bamba, le fondateur du mouridisme, dans le bureau du gouverneur colonial. 
 
C’est le directeur du patrimoine culturel Abdou Aziz Guissé qui avait supervisé la levée de la statue de Faidherbe, transférée provisoirement dans l’enceinte du bâtiment du Rognât sud, dans les locaux de l’état-major du Groupement des sapeurs-pompiers.
 
Selon le directeur du patrimoine culturel, ce transfert a été mené à la demande des autorités municipales de Saint-Louis, avec le soutien de l’entreprise Eiffage, en vue de mettre la statue en lieu sûr, en attendant sa prochaine réhabilitation.
 
Les services techniques compétents, en collaboration avec le ministère de la Culture et du Patrimoine historique classé, vont étudier les voies et moyens de réhabiliter la statue de Faidherbe, une pièce appartenant désormais à l’histoire du Sénégal, malgré son symbole chargé en ce qu’il renvoie à la colonisation française, avait expliqué le directeur du patrimoine.
 
"La ville de Saint Louis a une histoire, raison pour laquelle l’UNESCO l’a classée patrimoine mondiale, avec ses bâtiments, sa gouvernance, le pont, ainsi que la statue de Faidherbe, mais cela n’a rien voir avec la défense d’un quelconque passé colonial du pays’’, a soutenu M. Guissé.
 
Selon le directeur du patrimoine culturel, il s’agit juste de "préserver notre mémoire historique au profit des générations futures".

BD/ASG