Le Musée des civilisations noires est appelé à devenir ’’un espace de célébrations’’ (PM)
APS
SENEGAL-AFRIQUE-CULTURE

Le Musée des civilisations noires est appelé à devenir ’’un espace de célébrations’’ (PM)

Dakar, 28 juil (APS) - Le Musée des civilisations noires (MCN), prévu pour être inauguré en novembre à Dakar, doit devenir ’’un bien commun’’ et un espace de célébration des civilisations noires, a plaidé, jeudi, le chef du gouvernement sénégalais, Mahammad Boun Abdallah Dionne.
 
"Faisons de ce musée un espace de célébration des civilisations noires dans nos aspirations communes à la rencontre de l’autre. Le musée doit être un bien commun qui transcende le monde noir et s’inscrit dans un monde devenu global", a-t-il déclaré.
 
Le premier ministre présidait la cérémonie officielle d’ouverture de la conférence de préfiguration du Musée des civilisations noires (MCN), implanté au centre-ville, en face du Grand Théâtre de Dakar.
 
Selon Mahammad Dionne, le monde se trouve engagé "dans la promotion de l’universel, au rendez-vous du donner et du recevoir", ce qui implique que "toutes les civilisations" doivent apporter leur part à ce projet imaginé " de toute la puissance de son âme’’ par le défunt président-poète sénégalais Léopold Sédar Senghor.
 
"J’invite les intellectuels du monde entier, les décideurs politiques, les opérateurs économiques et les jeunes à s’approprier ce musée pour que prospère le dialogue des cultures au service de la paix et du développement", a déclaré M. Dionne.
 
D’après le chef du gouvernement sénégalais, ce musée "est le chaînon qui vient achever la belle symphonie qui a été jouée lors du premier Festival des arts nègres du 1 avril 1966", un événement qui selon lui "a durablement marqué la pensée universelle tant par son contenu que par sa signification historique".
 
"Le musée des civilisations noires, selon le chef de l’Etat, doit jouer un rôle essentiel dans l’information et surtout l’éducation des jeunes. Sa vocation doit être de leur inculquer à partir des médiums de notre temps, nos valeurs et civilisations, notre capacité de résilience et notre ambition de l’émergence", a-t-il dit.
 
De cette manière, le président de la République "souhaite que tout le répertoire historique du continent soit réinterrogé afin de créer un nouvel état d’esprit et forger un Africain apte à faire face avec organisation et méthode aux défis des temps modernes", a ajouté Mahammad Boun Abdallah Dionne. 
 
"La fierté et l’estime de soi retrouvé", l’homme africain pourrait ainsi assumer "entièrement une histoire qui ne fut pas que lamentations et révoltes mais qui fut aussi audace et créativité", a-t-il poursuivi.
 
Le chef du gouvernement sénégalais souligne qu’en cela, ce musée est un projet que l’Afrique et sa diaspora "attendent depuis bien longtemps et devrait aider à franchir un pas qualitatif". 
 
"Le musée ethnographique a fait son temps, de même que le musée anthropologique. Vous devez inventer une vision nouvelle du musée", a-t-il dit aux responsables chargés de la gestion du Musée des civilisations noires.
 
M. Dionne dit tabler sur "un musée agréable à vivre et où l’on cultive l’estime de soi et prépare notre jeunesse à assumer ses responsabilités dans un monde qui change, mais où il est (aussi) évident que l’Afrique devra jouer un rôle majeur".
 
 

SK/BK