Ouverture de la 7e édition des 72 heures de la commune de Ngaparou
APS
SENEGAL-CULTURE-COLLECTIVITES

Ouverture de la 7e édition des 72 heures de la commune de Ngaparou


Ngaparou (Mbour), 30 déc (APS) – La septième édition des journées culturelles de la commune de Ngaparou (Mbour, ouest) s’est ouverte vendredi avec comme objectif principal de rassembler les populations locales, pour revisiter le patrimoine culturel et artistique de la localité.

‘’Ces 72 heures de Ngaparou visent surtout à instaurer la cohésion et la paix sociale dans toutes les concessions de la commune, en favorisant le brassage culturel dans notre localité qui est une ville multiculturelle’’, a affirmé le maire de la localité, Mamadou Mbengue.

Il procédait au lancement officiel des activités de cet
évènement inscrit dans l’agenda culturel de la commune. Une occasion saisie par les organisateurs pour montrer la riche diversité culturelle et technique de ce village traditionnel lébou. 


Toutes les ethnies représentées dans la localité se sont jointes aux festivités pour communier avec les autochtones. 


‘’Nous, populations de Ngaparou, devons être davantage des gens ouverts, accueillants, humbles comme l’ont été nos prédécesseurs parmi lesquels le parrain de cette édition, feu Latyr Ngirane Diome, une personne qui fut très utile à la population, serviable et qui avait toutes les qualités que doit avoir un bon père de famille’’, a déclaré M. Mbengue.


Selon le conseiller municipal Ibrahima Diop, président du comité d’organisation des 72 heures de Ngaparou, outre les activités culturelles qui ont démarré par des régates (NB : courses de pirogues traditionnelles), un programme alléchant est au menu de ce rendez-vous culturel.


 Sont entre autres prévus un défilé de mode pour les salons de coiffure et de couture locaux, un marathon et une finale dotée du trophée du maire de la commune. 


‘’Toutes ces activités contribuent au développement de notre commune et participent également à la promotion de la destination touristique du département de Mbour. Parce qu’à travers la culture, on peut asseoir un véritable développement local’’, a-t-il fait valoir.

ADE/ASG