Mbour : Echauffourées dans la collectivité mandingue, plusieurs blessés graves dénombrés
APS
SENEGAL-CULTURE-AFFRONTEMENTS

Mbour : Echauffourées dans la collectivité mandingue, plusieurs blessés graves dénombrés



Mbour, 25 sept (APS) – Une rude bataille a éclaté, dimanche dans l’après-midi, entre deux parties membres de la collectivité mandingue de Mbour, occasionnant plusieurs graves blessés dont certains dans un état critique, a constaté l’APS.



En effet, depuis l’année dernière, les membres de la collectivité mandingue dite "régulière" qui se réclament la paternité du kankourang, n’ont jamais digéré que cette richesse culturelle de la communauté ne soit sortie par "un élément extérieur", "un dissident". 


Et des jeunes "surexcités" ont cru bon de mettre un bémol au agissements de ceux-là qui s’entêtent à véhiculer l’idée que "le kankourang est la propriété de tous". Et s’en suivit une altercation "sans retenue".


Il a fallu l’intervention des forces de l’ordre, usant de grenades lacrymogènes, pour éviter le pire et disperser ces jeunes qui, armés de pierres et autres, ont même tenté d’envahir les locaux du commissariat urbain de Mbour.


Ainsi, ces jeunes appelés "selbés" (accompagnants du kankourang), toujours armés de bâtons et même de gourdins pour bon nombre d’entre eux, ont investi la principale avenue baptisée "Demba Diop", barrant la route avec de grosses pierres et brûlant des pneus non loin du siège de la SONATEL. La circulation des véhicules a en reçu un sacré coup.


Le préfet Saer Ndao qui avait vu les problèmes arrivés, avait pourtant, produit un arrêté préfectoral portant "interdiction de sortie du kankourang sur toute l’étendue du territoire du département de Mbour".


"A compter du dimanche 28 septembre et ce jusqu’à nouvel ordre, la sortie du kankourang et toutes les manifestations y afférentes sont formellement interdites sur la voie publique, dans tous les lieux et espaces publics du département de Mbour pour menaces sérieuses de l’ordre public", lit-on dans l’arrêté qui ajoute que "toute infraction au présent arrêté sera punie des peines prévues par le code pénal et la loi n°78-02 du 09 janvier 1978 relative aux réunions".


Pour le chef de l’exécutif départemental de Mbour, "la sortie du kankourang ne doit pas être un moment de restriction ou de privation des libertés car on doit respecter les us et coutumes, mais la liberté est sacrée pour les autres".


Comble de désarroi, les différentes parties antagonistes avaient trouvé un terrain d’entente à la suite d’âpres discussions sous l’accompagnement de bonnes volontés. 


Dans résolution qui avait sanctionné cette réunion, la collectivité mandingue avait reconnu le "leul" (case des hommes) d’El Hadji Ibrahima Cissé, différent d’une cellule comme "faisant partie de cette collectivité".


Le ‘’leul’’ est un lieu où sont circoncis des enfants et où peuvent se tenir des activités culturelles, mais n’est pas autorisé à sortir le kankourang contrairement à la cellule.


Toutefois, dans le souci de protéger les 227 enfants circoncis par El Hadji Ibrahima Cissé suivant le rite de la collectivité mandingue, il a été décidé d’envoyer le kankourang au niveau de Dioudiou Cissé Counda.


Il était aussi écrit que "la collectivité mandingue donne l’autorisation à El Hadji Ibrahima Cissé d’avoir une cellule l’année prochaine. Cette cellule va lui permettre de sortir le kankourang sous l’autorité et le respect du règlement intérieur de la collectivité mandingue".


Cela avait permis de lever l’interdiction préfectorale, mais aujourd’hui, avec cette nouvelle donne, le préfet Saër Ndao, joint au téléphone par l’APS, a promis de prendre "dès demain (lundi) des mesures radicales et que les fauteurs de troubles seront traqués".



ADE/PON