Mbour : le collectif des mandingues sollicite le soutien du Chef de l’Etat pour la libération de leurs membres emprisonnés
APS
SENEGAL-CULTURE-JUSTICE

Mbour : le collectif des mandingues sollicite le soutien du Chef de l’Etat pour la libération de leurs membres emprisonnés

Mbour, 8 oct (APS) – Les responsables de la collectivité mandingue de Mbour (ouest) ont sollicité samedi, le soutien du Chef de l’Etat, le président Macky Sall, pour la libération, ‘’dans les plus brefs délais’’, de deux de leurs membres, Mamadou Keïta dit Pape Konaté et Habib Mboup, incarcérés pour les délits de ‘’complicité de meurtre et association de malfaiteurs’’.

 
Le vice-président de la collectivité, El Hadji Amadou Seydi, s’exprimait au cours d’un point de presse auquel ont pris part le maire de Mbour, El Hadji Fallou Sylla, maîtres Abdou Dialy Kâne et Bamba Cissé, deux des membres du pool d’avocats en charge de défendre les mis en cause détenus à la Maison d’arrêt et de correction (MAC) de Thiès. 

‘’Nous ne ménagerons aucun effort pour que nos deux membres soient libérés le plus rapidement possible. Ce n’est pas une affaire de collectivité mais de tous les mbourois voire de tous les sénégalais’’, a fait valoir le président de la collectivité mandingue, El hadji Boubacar Diambang, par la voix de son porte-parole du jour. 

Des échauffourées ont eu lieu, le 10 septembre dernier, au quartier Santessou de la capitale de la Petite-Côte, mettant aux prises un adolescent de 17, Mamadou Top Thiombane et des accompagnateurs du Kankourang (personnage mythique chez les mandingues). 

Ces incidents ont abouti, quelques jours plus tard, à la mort de l’adolescent, dans son lit d’hôpital où il a été admis suite à des blessures sur plusieurs parties de son corps. 

Aussitôt, une enquête est ouverte par les autorités judiciaires qui se saisissent de l’affaire avant de procéder à l’arrestation de ces deux membres de la collectivité mandingue. 

Le secrétaire général de la collectivité mandingue, Cheikhou Dabo a rappelé que le kankourang, génie protecteur des populations et des circoncis, apparaît à Mbour depuis plus d’un siècle et demi. 

‘’C’est un legs que nous ont transmis nos devanciers et nous en avons tellement assuré la sauvegarde que l’UNESCO, après des investigations en Casamance et en Gambie, nous a primés et élevé le kankourang au rang de patrimoine immatériel et oral de l’humanité’’, a signalé M. Dabo.


Selon lui, le kankourang est devenu au fil du temps ‘’le référentiel identitaire de Mbour’’ et impacte ‘’positivement’’ sur l’économie locale. 

Il a rappelé que le kankourang protège et conjure le mauvais sort, assurant ‘’solennellement’’, que les deux responsables de leur collectivité sont ‘’des hommes sérieux, corrects, bien éduqués, mariés, des pères de familles qui ont toujours marqué de leur empreinte notre organisation’’. M. Dabo a regretté ‘’profondément’’ cet incident mortel. 

Estimant que les infractions de foule sont difficiles à élucider, Me Abdou Dialy Kâne pour qui, ‘’la justice n’est pas une infusion sentimentale’’, pense que ‘’l’enquête doit prendre en compte le fait que la victime est décédée quelques jours après être admis à l’hôpital et qu’il ne faudrait pas écarter une mort due à des erreurs médicales souvent mortelles’’. Il estime qu’il faut explorer toutes les pistes.
 
‘’Nous sommes fiers et très contents de défendre la vérité pour que les prévenus soient libérés, parce que ce sont des arrestations injustes. Il y a de nouvelles méthodes d’enquête. Nous avons un combat de l’opinion à mener’’, a dit, pour sa part, Me Bamba Cissé.
 

ADE/MD