Mbagnick Ndiaye appelle à
APS
SENEGAL-CULTURE-TELECOMS

Mbagnick Ndiaye appelle à "repenser les politiques culturelles" sous l’angle du numérique

Dakar, 28 jan (APS) - Les nouvelles technologies constituent un enjeu incontournable et exigent de repenser les politiques culturelles au Sénégal a soutenu, samedi à Dakar, le ministre de la Culture et de la Communication, Mbagnick Ndiaye.



Il s’exprimait à l’ouverture du colloque international organisé à l’occasion du 10ème anniversaire de la Convention universelle de l’Unesco sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles.

Cette rencontre de deux jours est axée sur le thème : "Produire et préserver les biens culturels à l’ère du numérique".

"Repenser les politiques culturelles et accélérer le maillage numérique passe par un renforcement des capacités en matière d’utilisation de cette technologie et la bonification de l’offre d’expression culturelle" a souligné Mbagnick Ndiaye.

Pour le ministre, "la puissance des industries culturelles numériques des pays développés constitue une menace pour les énormes potentialités de notre économie". Pour autant, "nous ne devons avoir peur du numérique et rester dans un conservatisme passéiste de nos cultures" a-t-il fait remarquer.

"Les technologies numériques ont transformé l’accès à la culture et offert d’extraordinaires possibilités d’enrichissement de la diversité des expressions. Elles permettent à un nombre toujours croissant d’expressions culturelles dématérialisées de circuler librement et d’être accessible au grand public" a ajouté Mbagnick Ndiaye.

Le ministre de la Culture et de la Communication a en outre estimé que le numérique et l’internet ont "bouleversé" la diffusion culturelle, "influencé" les contenus et "renouvelé" les modes de communication de conservation et de création.

Ils ont de ce fait un impact certain sur la diversité culturelle a estimé M. Ndiaye qui a appelé à "positionner nos productions dans l’économie des industries créatives, amener les films africains à apporter une alternative au cinéma américain, de même que, nos musiciens, nos stylistes, nos écrivains".

Selon lui, "il faut, pour parvenir à bâtir une autre Afrique, une vision, une stratégie, une volonté pour faire de la culture un levier du développement durable et la révolution numérique offre cette possibilité".

Plusieurs professionnels et experts de la culture étaient présents à cette manifestation dont l’ancien ministre Ousmane Blondin Diop, conseiller du Sénégal auprès de l’Unesco, la Présidente du conseil d’administration de la Société de gestion collective du droit d’auteur et des droits voisins (Sodav) Ngoné Ndour ou encore l’ancien ministre de la culture sous Abdou Diouf, Moustapha Ka .

MF/PON