MASA 2018 : les chiffres clés de la dixième édition
APS
SENEGAL-AFRIQUE-CULTURE

MASA 2018 : les chiffres clés de la dixième édition

De l’envoyée spéciale de l’APS : Fatou Kiné Sène

Abidjan (Côte d’Ivoire), 14 mars (APS) – La dixième édition du Marché des arts du spectacle d’Abidjan (MASA) rassemble 102 spectacles dont 62 sélectionnés par un comité, a indiqué, mercredi, son directeur général Yacouba Konaté. 
 
Cette année, fait-il savoir, 1631 personnes ont été hébergées par le festival et 360 billets d’avion achetés pour des invités. 
 
Mais, ajoute-t-il, "le reste a payé son billet face aux contraintes budgétaires fortes dont nous sommes confrontés. Ce qui démontre l’engouement et l’intérêt économique autour de la culture". 
 
Revenant sur le budget du MASA, le professeur Konaté a indiqué que l’Etat ivoirien contribue à hauteur de 60 %, soit 640 millions de francs CFA dont 130 millions pour les frais de fonctionnement. 
 
Quant à l’Organisation internationale de la Francophonie, elle a octroyé 200 millions de francs CFA dont 100 millions versés chaque année sur les deux ans, soit 16% du budget. 
 
Selon le Dg du MASA, le district d’Abidjan contribue à hauteur de 300 millions de francs CFA, soit 24 %. 
 
Aujourd’hui, les organisateurs du MASA espèrent que la ville d’Abidjan va accroître sa participation vu que son nom est désormais associé au Marché des arts du spectacle. 
 
"Nous espérons que cette ouverture et cette communication sur Abidjan va émouvoir le district d’Abidjan au point d’accroître sa participation, nous le souhaitons et nous le lui demanderons", a dit Pr Konaté, ancien commissaire général de la Biennale de l’art africain contemporain de Dakar (DAK’ART). 
 
"Nous pensons que ce que nous faisons, nous le faisons pour la ville d’Abidjan", a-t-il fait savoir. 
 
Il est revenu sur la genèse du MASA rappelant qu’Abidjan n’était pas la première capitale visée pour organiser le Marché des arts du spectacle africain.
 
"La ville de Kinshasa a été choisie en premier dans les années 90-91 mais Mobutu commençait à avoir des problèmes, les initiateurs ont ensuite désigné une deuxième destination Lomé, mais là aussi il y avait des problèmes, c’est alors que Mme Henriette Dagri-Diabaté a demandé qu’ils viennent à Abidjan. Alassane Ouattara était alors Premier ministre et Houphouët Boigny, président en 1993", raconte-t-il. 
 
Le MASA célèbre cette année 25 ans d’existence.


FKS/ASB/OID