Un sculpteur burkinabé salue
APS
AFRIQUE-FRANCOPHONIE-CULTURE

Un sculpteur burkinabé salue "l’évolution positive" des jeunes plasticiens

+++De l’envoyée spéciale de l’APS : Fatou Kiné Sène+++
 
Abidjan, 4 août (APS) – Le sculpteur burkinabé, Ky Siriki a relevé "l’évolution positive" du travail des jeunes plasticiens africains qui ne se laissent pas influencer par "le nouveau langage artistique", selon lui.
 
Il a salué des œuvres de "grandes factures en sculpture" et les "belles pièces en photographie et peinture" présentées aux derniers jeux de la Francophonie à Abidjan qui se sont déroulés du 21 août au 30 juillet à Abidjan (Côte d’Ivoire). 
 
L’artiste-plasticien burkinabé, par ailleurs membre du jury du concours de sculpture aux 8éme Jeux de la Francophonie a estimé que ’’la relève est largement assurée chez nos enfants’’. 
 
"Il y a des jeunes qui travaillent de manière sincère, ils ne se laissent pas avoir par le nouveau langage artistique qui est en train de prendre le pas sur le travail de la matière, nos enfants travaillent la matière, ils ont les concepts, mais ils travaillent avec leur cœur", a souligné Ky Siriki. 
 
Le sculpteur a récemment participé à la "Documenta de Castel" où, dit-il, "les tendances actuelles prennent le dessus sur le travail de la matière". 
 
A travers les œuvres réalisées in situ à Abidjan, a indiqué le sculpteur burkinabé, "on sent que les jeunes ont le métier dans la main, ce qu’on voit est très prometteur et il y a de quoi espérer". 
 
La médaille d’or en sculpture des 8éme jeux de la Francophonie a été remportée par le Béninois Sossouvi Rémi avec ses pièces intitulées "Avenir" composées de personnages sculptés de fil de fer. 
 
Le Sénégal a eu la médaille d’argent en peinture avec le plasticien Mbaye Babacar Diouf avec sa toile intitulée "Harmonie humaine".
 
Ky Siriki a déjà participé à la Biennale de l’art africain contemporain de Dakar (Dak’Art) en 2008. Il a aussi représenté le Burkina Faso au Festival panafricain d’Alger en 2009. 
 
Il est né à Abidjan et a étudié à l’Ecole des Beaux-arts en Côte d’Ivoire avant de rentrer dans son pays.


FKS/ASB/OID