Le Grand Prix du DAK’ART décerné à la photographe franco-béninoise Laeila Adjovi
APS
SENEGAL–ARTS-DISTINCTIONS

Le Grand Prix du DAK’ART décerné à la photographe franco-béninoise Laeila Adjovi

Dakar, 3 mai (APS) – Le Grand Prix Léopold-Sédar-Senghor de la 13ème édition de la Biennale de l’art africain contemporain de Dakar (DAK’ART, 3 mai-2 juin) a été décerné à la photographe franco-béninoise Laeila Adjovi, a constaté l’APS, jeudi, à Dakar.
 
Elle a reçu cette distinction, en plus d’un trophée, des mains du président de la République, Macky Sall, qui a présidé la cérémonie officielle marquant l’ouverture du DAK’ART 2018, au Grand Théâtre de Dakar, en présence de plusieurs personnalités, dont le président du Haut conseil des collectivités territoriales, Ousmane Tanor Dieng. 
 
Le Grand Prix Léopold-Sédar-Senghor de la Biennale de l’art africain contemporain de Dakar est doté de 20 millions de francs CFA. 
 
Les photographies pour lesquelles Adjovi a été récompensée sont intitulées ‘’Malaïka Dotou Sankofa’’. Elles ont été réalisées avec la collaboration de Loïc Hoquet. 
 
‘’+Malaïka+ signifie l’ange en swahili, ou encore (…) en wolof. +Dotou+ signifie rester droit en fon, une langue du Bénin. Et +Sankofa+ est le symbole akan (Ghana) de l’oiseau messager, qui vole la tête tournée vers l’arrière, une manière pour nous de dire +apprendre du passé+’’, a explique la lauréate, disant être ‘’très émue’’ par cette distinction.
 
Laeila Adjovi est une reporter-photojournaliste et artiste plasticienne vivant à Dakar depuis 2010. Elle est titulaire de diplômes de sciences politiques et de journalisme.
 
La lauréate du DAK’ART 2018 dit avoir commencé à travailler dans la photographie documentaire à l’occasion d’un stage effectué à New Delhi (Inde). 
 
Les clichés de Laeila Adjovi peuvent être vus à l’exposition internationale ‘’IN’’ de la Biennale, qu’abrite l’ancien palais de justice de Dakar, au cap Manuel.
 
Ses photographies sont également présentées à Saint-Louis du Sénégal, où Laeila Adjovi participe à une exposition collective. 
 
D’autres prix ont été décernés lors de l’ouverture officielle du DAK’ART 2018.

Le Prix de la diversité, attribué par l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) et doté de 15.000 euros (environ 9,8 millions de francs CFA), a été remis à l’artiste marocain Souad Lahlou. Il a reçu cette distinction des mains de la directrice du département chargé de la diversité culturelle et de la langue française à l’OIF, Youma Fall.
 
Le Prix Spécial de l’UEMOA, doté de cinq millions de francs CFA, est allé à l’Ivoirien Franc Fannie Aboubacar. 
 
Le Prix du ministère sénégalais de la Culture a été décerné au Nigérian Tejuoso Olanrewague pour son œuvre ‘’Oldies and goodies’’. Le montant de sa dotation est de 10 millions de francs CFA. 


FKS/ESF