‘’En route pour le milliard’’ de Dieudo Hamadi, un écho au combat des survivants de ‘’la guerre des Six-jours’’ en RDC
APS
TUNISIE-SENEGAL-CINEMA

‘’En route pour le milliard’’ de Dieudo Hamadi, un écho au combat des survivants de ‘’la guerre des Six-jours’’ en RDC

De l’envoyée spéciale de l’APS, Fatou Kiné Sène
 

Tunis, 23 déc (APS) - Le film ‘’En route pour le milliard’’ de Dieudo Hamadi, projeté à la 31e édition des Journées cinématographiques de Carthage (JCC, 16-23 décembre), fait écho au combat des survivants de ‘’la guerre des Six-jours’’ ayant opposé dans les années 2000 deux groupes rebelles de la République démocratique du Congo (RDC), sur fond de bataille d’influence entre le Rwanda et l’Ouganda.

 
Les deux groupes rebelles congolais étaient alliés aux armées rwandaise et ougandaise, deux pays dont les leaders, Paul Kagame et Yoweri Museveni, autrefois alliés, sont désormais opposés par une grande rivalité, chacun des deux chefs d’Etat cherchant à devenir le maître de la région. 
 
Le documentaire de Dieudo Hamadi, première sélection d’un film congolais au Festival international de Cannes en 2020, se propose de relayer la voix des victimes de cette guerre par procuration, qui demandent depuis dix-neuf ans la réparation du préjudice subi avec ce conflit n’étant pas reconnu comme tel. 
 
La Cour internationale de justice (CIJ) a condamné en 2005 l’Ouganda pour violation de la souveraineté territoriale de la RDC et violation des droits de l’homme entre 1998 et 2003. 
 
Selon le jugement rendu par la CIJ, l’Ouganda doit verser une indemnisation de 10 milliards de dollars à la RDC, dont 1 milliard pour les victimes de ce conflit. 
 
Le réalisateur va à la rencontre des victimes en 2018, mutilés des jambes, des bras ou des deux à la fois, marchant à l’aide de béquilles, mais tous déterminés à aller plaider leur cause dans la capitale congolaise, Kinshasa, en pleine campagne électorale, auprès d’institutions telles que l’Assemblée nationale de la RDC ou la représentation de l’ONU dans ce pays.
 
Il prend grand soin à filmer les préparatifs de ce voyage, un trajet risqué à bord d’une barque de fortune sur le fleuve Congo, sa caméra mettant en évidence des visages meurtries mais déterminés à aller au bout de leur résolution. 
 
Dieudo Hamadi utilise la technique de la contre-plongée et les gros plans pour ressortir le contraste de la beauté de la nature et du paysage de cette partie de l’Afrique centrale, avec la misère des Congolais vivant dans une pauvreté chronique. 
 
Le documentaire navigue entre le réel et l’artistique, à travers un aperçu des activités du club de théâtre créé par les rescapés pour vivre dans la dignité et sensibiliser sur leur sort. 
 
‘’J’ai eu honte en découvrant ces victimes alors que j’ai, moi-même, été victime, car originaire de ce village, mais je n’ai pas eu des séquelles de cette guerre, ce qui pousse à l’oubli’’, explique le cinéaste pour justifier son engagement à faire ce film. 
 
A travers une discussion virtuelle avec les cinéphiles tunisiens, il appelle à l’entretien de la mémoire. ‘’Il faut lutter contre cette amnésie qui nous caractérise’’, insiste-t-il. 
 
‘’Nous sommes des champions de l’oubli, j’ai l’impression que l’on organise cet oubli. Parfois, c’est même nécessaire, sinon cela aurait été difficile de continuer à vivre. C’est important que les gens puissent oublier, mais c’est en même temps dangereux, parce que cela nous expose’’, ce qui fait que ‘’ce genre de drame se reproduit encore et encore’’, se désole Dieudo Hamadi. 
 
Avec ‘’En route pour le milliard’’, le réalisateur en est à son sixième documentaire en dix ans. Il annonce préparer une série télévisée et compte produire de jeunes réalisateurs congolais. 


FKS/BK/ESF