Ibaghino Hans Peter Diop, un chorégraphe Gabonais sorti de l’école de Toubab Dialaw
APS
SENEGAL-CULTURE-DANSE

Ibaghino Hans Peter Diop, un chorégraphe Gabonais sorti de l’école de Toubab Dialaw

+++De l’envoyée spéciale de l’APS : Fatou Kiné Sène+++
 
Abidjan (Côte d’Ivoire), 25 juil (APS) – Le chorégraphe-danseur Gabonais Ibaghino Hans Peter Diop qui participe aux 8èmes Jeux de la Francophonie, à Abidjan (Côte d’Ivoire), est un pur produit de l’Ecole des sables de Toubab Dialaw pour avoir tout appris dans cet espace fondé par la chorégraphe Sénégalaise Germaine Acogny. 
 


"J’ai découvert la danse contemporaine à l’école des Sables de Germaine Acogny. J’y ai aussi amélioré ma danse africaine traditionnelle avec maman Germaine et Patrick Acogny", a fait savoir le chorégraphe né au Gabon il y a 30 ans.

Ibagnino Hans Peter Diop revendique d’ailleurs son appartenance à cette école où il a effectué, à partir de 2011, plusieurs stages avant d’intégrer sa compagnie dénommée "Jant Bi".

"Il faut plutôt me demander ce que l’école des sables ne m’a pas donné ? je suis un pur produit de cette école, dans mon écriture chorégraphique, dans ma façon de danser, de construire et de déconstruire. Je crois que j’ai tout appris de là-bas, je leur dois tout", a souligné l’artiste interrogé par l’APS après sa prestation au Palais de la culture de Treichville.

Ibaghino Hans Peter Diop a commencé par la danse amateur hip hop dans les années 2000 après un cursus scolaire au collège Sacré-cœur de Dakar et à l’Université du Sahel à Mermoz.

Grâce à l’école des sables de Toubab Dialaw, l’artiste a eu "plusieurs opportunités" et a effectivement participé à de nombreux projets dont celui avec le chorégraphe sud-africaine Robyn Orlin

Le danseur qui a passé 17 ans de sa vie au Sénégal, tient à rappeler ses origines sénégalaises par le biais de son grand-père.

FKS/PON