L’AIBD va contribuer à la promotion de l’art sénégalais à travers sa  plateforme culturelle (DG)
APS
SENEGAL-CULTURE

L’AIBD va contribuer à la promotion de l’art sénégalais à travers sa plateforme culturelle (DG)

Dakar, 9 janv (APS) – L’aéroport international Blaise Diagne (AIBD) de Dakar va ‘’contribuer à la promotion’’, durant toute l’année, de ‘’l’art au Sénégal et des artistes sénégalais’’ à travers sa ‘’plateforme culturelle’’, a déclaré mercredi Xavier Mary, directeur général de ‘’Limak AIBD Summa’’ (LAS). 
 
 
‘’L’aéroport est un endroit où beaucoup de gens passent, c’est à la fois une porte d’entrée et de sortie du pays ; il est important pour nous que l’AIBD contribue à la promotion de l’art au Sénégal et des artistes sénégalais’’, a-t-il dit. 
 
 
Il présentait deux sculptures d’Ousmane Sow et une série de peintures de l’artiste Baba Ly, lors de la cérémonie de finissage de cette exposition ouverte depuis le 4 décembre dernier. 
 
 
En partenariat avec la Maison Ousmane Sow et la compagnie Eiffage Sénégal, les deux sculptures ‘’Le chevalier désarçonné’’ et le ‘’Sitting bull en prière’’, exposées dans la salle d’embarquement de l’aéroport Dakar Blaise Diagne, proviennent de la collection ‘’Little big horn’’ réalisée par l’artiste Ousmane Sow entre 1994 et 1999.
 
 
‘’Ce n’est qu’un début’’, a précisé le directeur de LAS, selon qui ‘’la démarche vise à promouvoir l’art sénégalais en mettant à la disposition des passagers divers œuvres d’art, soit des statues, soit des peintures’’. 
 
 
LAS, qui assure la gestion de l’AIBD, compte travailler avec plusieurs associations d’artistes et des institutions, pour promouvoir l’art sénégalais et l’AIBD, a-t-il indiqué. 
 
 
‘’Nous sommes déjà en contact avec la Manufacture sénégalaise des arts décoratifs [MSAD] de Thiès. Pour cette exposition, nous avons eu gracieusement, à travers la Maison d’Ousmane Sow, ses sculptures et des tableaux du peintre Baba Ly’’, a expliqué Xavier Mary. 
 
 
LAS a aussi fait appel à des artistes sénégalais qui, autour du peintre Baba Ly, ont réalisé des baobabs de Noël, à l’aide de fer acquis par l’aéroport’’.
 
 
La fille du sculpteur Ousmane Sow, Ndèye Marina, dit avoir répondu ‘’naturellement’’ à la demande de l’AIBD. ‘’On ne pouvait pas avoir meilleur lieu pour promouvoir l’art’’, s’est-elle réjouie. 
 
 
Selon elle, les entreprises sénégalaises ont désormais la latitude de faire la demande pour recevoir temporairement les œuvres du sculpteur qui sont au Sénégal après un long périple à travers le monde. 
 
 
‘’Elles ont vocation à sortir, à vivre, à être vues, à ce que le peuple sénégalais se les approprie. C’est le travail d’un artiste majeur, au-delà de sa disparition son œuvre doit être pérenne’’, fait valoir Ndèye Marina Sow.
 
 
Les sculptures d’Ousmane Sow, décédé le 1er décembre 2016, sont bien accueillies par les passagers, selon M. Mary. Les deux statues, ‘’Le chevalier désarçonné’’ et le ‘’Sitting bull en prière’’, font parties des 35 pièces réalisées par l’artiste sur la bataille du 25 juin 1876 où l’armée du général Custer fut vaincue par des tribus indiennes.
 
 
George Armstrong Custer est un général de cavalerie américain célèbre pour ses exploits durant la guerre de Sécession. Il est par la suite devenu l’une des principales figures américaines des guerres indiennes du XIXe siècle. Le sculpteur sénégalais Ousmane Sow a voulu faire ressusciter, à travers "Little Big Horn", la mémoire de cette partie de l’histoire des Indiens d’Amérique.
 


FKS/ASG/MD