A cause du coronavirus, la SODAV pourrait perdre 60 % de ses perceptions annuelles
APS
SENEGAL-CULTURE

A cause du coronavirus, la SODAV pourrait perdre 60 % de ses perceptions annuelles

Dakar, 16 avr (APS) – La Société sénégalaise du droit d’auteur et des droits voisins (SODAV) s’attend à une baisse de 60 % de ses perceptions annuelles sur les droits d’auteur, à cause de la crise sanitaire à l’origine de la fermeture des salles de spectacle, a-t-on appris jeudi de son directeur gérant, Aly Bathily.
 
‘’La fermeture des salles de spectacle et l’annulation des prestations en direct des artistes touchent plus de 60 % des perceptions des droits généraux de la SODAV, une bonne partie de notre portefeuille. Même les droits numériques seront affectés par la baisse du pouvoir d’achat des populations’’, a déclaré M. Bathily dans un entretien avec l’APS. 
 
Selon lui, un mois après la publication de l’arrêté du ministère de l’Intérieur interdisant les rassemblements au Sénégal, ‘’le marché du spectacle est très touché". Cette situation affecte à la fois les artistes, les interprètes, les producteurs, les promoteurs et les entreprises culturelles, dit M. Bathily.
 
‘’Cela risque d’être dramatique pour tout le secteur de la culture. Créateurs, diffuseurs, gestionnaires… C’est tout le monde qui va en pâtir’’, a déclaré le directeur gérant de la SODAV. 
 
Aly Bathily estime que les ‘’dégâts’’ peuvent être plus importants pour les radiodiffuseurs, car la publicité sera affectée.
 
Dans son rapport 2018 publié en juin dernier, la SODAV avait perçu 807 millions 906 mille 866 francs CFA au titre des droits d’auteur, soit une hausse de 47,88 % sur les perceptions de l’année précédente. 
 
Aly Bathily propose la ‘’rémunération pour copie privée’’, qui, selon lui, ‘’peut être une source de compensation’’ des pertes subies.
 
‘’Il faut concrétiser la mise en œuvre de la rémunération pour copie privée, qui est une redevance prélevée sur les supports d’enregistrement. Le travail technique est déjà fait, et le taux retenu est de 2,5 %. Cette rémunération peut sauver le secteur culturel’’, a-t-il assuré.

FKS/ASG/ESF