Le Musée des civilisations noires,un outil de développement scientifique (Recteur UCAD)
APS
AFRIQUE-CULTURE

Le Musée des civilisations noires,un outil de développement scientifique (Recteur UCAD)

Dakar, 28juil (APS) - Le Musée des civilisations noires (MCN), est destiné à être ‘’un outil de développement scientifique, culturel, économique et social’’, a soutenu jeudi à Dakar, le président du comité scientifique de préfiguration, Pr Ibrahima Thioub.

 
‘’Le musée moderne est avant tout un opérateur qui lie les mondes de l’université et de la culture. Nous allons faire de l’institution, un outil de développement scientifique, culturel, économique et social’’, a-t-il dit lors de la cérémonie officielle de la conférence de préfiguration du musée des civilisations noires.
 
‘’Le musée doit participer activement à la préservation des éléments les plus représentatifs du patrimoine culturel du monde noir et affirmer notre engagement dans le combat pour l’affirmation de la diversité des expressions culturelles du monde’’, a estimé Pr Thioub.
 
D’après le président du comité scientifique de préfiguration du Musée des civilisations noires, également Recteur de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, cette infrastructure culturelle sera ‘’d’un grand apport’’ dans les secteurs de l’éducation artistique, de l’enseignement professionnel, de la diplomatie culturelle, etc.
 
‘’L’Afrique n’a pas été seulement le berceau de l’humanité. Elle fut un espace d’invention et de créativité où l’homme à partir de ses capacités exceptionnelles d’observation a su comprendre son milieu et inventer aussi bien les instruments indispensable à sa mise en valeur’’, a soutenu Pr Thioub, également historien.
 
‘’Mais cette longue course en avant, a connu un brusque et douloureux arrêt qui a pour nom la traite des esclaves’’, a-t-il poursuivi, en avançant que ces quatre siècles de traite et la colonisation ont pesé ‘’lourd sur le court de son histoire’’.
 
Dès lors, signale-t-il, ‘’l’humanité doit une dette incommensurable à l’Afrique’’.
 
De son côté, le professeur Iba Der Thiam, qui a pris part à la cérémonie, juge que ‘’le musée vient donc combler une lacune et réparer une injustice faite à notre continent et à ses peuples’’.
 

SK/ASB