Grand Prix du président de la République pour les Arts et les Lettres : les lauréats expriment leur reconnaissance
APS
SENEGAL-CULTURE

Grand Prix du président de la République pour les Arts et les Lettres : les lauréats expriment leur reconnaissance

Dakar, 19 déc. (APS) –Les lauréats du Grand Prix du président de la République pour l’édition 2016 ont exprimé, mardi, leur reconnaissance à la Nation, au cours de la cérémonie de remise des distinctions tenue au Grand Théâtre de Dakar. 
 
L’écrivain Rahmatou Seck Samb, lauréate pour les Lettres dit ne pas trouver de mots assez forts pour exprimer ses émotions. 
 
"Beaucoup d’émotions, je reçois ce trophée avec humilité et je pense aux 65 candidats qui ont sûrement du talent et que le destin n’a pas retenu, ce n’est pas le couronnement, mais un tournant vers une écriture plus exigeante avec elle pour que ma production future justifie autant que celle d’hier la réception de ce prix", témoigne-t-elle. 
 
Son roman "Fergo. Tu traceras ta route", publié aux "Editions Abis" en 2016 a été plébiscité par le jury sur les dix œuvres nominées. 
 
"C’est une grande joie, je suis comblée, je rends grâce à Dieu parce que c’est tout le peuple sénégalais qui m’a épousée à travers ce prix", a de son côté dit la lauréate du prix d’encouragement dans la catégorie Lettres, Andréa-Marie Diagne Bonanée.

Mme Diagne, originaire du Burkina Faso et épouse du philosophe Mamoussé Diagne, a publié un recueil de nouvelles intitulé "La fileuse d’amour". 
 
"C’est à l’unanimité que le jury a fait son choix sur ces œuvres, (…) l’imaginaire des deux écrivains est façonné par leurs nombreuses lectures, elles racontent la réalité avec des mots de tous les jours’’, a expliqué pour sa part, le président du jury Lettres, le professeur Alioune Badara Diané.
 
Rahmatou Seck Samb, originaire de la ville de Bargny (banlieue dakaroise), est titulaire d’une maîtrise en droit public obtenue à l’Université de Franceville au Gabon et d’un DEA en économie à l’Université de Grenoble (France).
 
Elle choisit la vie de mère de famille et d’épouse auprès de son mari diplomate qu’elle accompagna durant 25 ans à travers le monde. 
 
Elle a publié deux romans avant celui primé : "A l’ombre du négus rouge" (2003) et "Du baobab au Saguaro" (2009). 
 
Andréa-Marie Diagne Bonanée, maître de conférences à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, formatrice à la FASTEF et inspectrice générale de français, a reçu les Palmes académiques françaises et L’Ordre du lion au Sénégal.
 
Dans la catégorie des Arts, les lauréats du Grand prix, le chanteur-musicien Baba Maal et le cinéaste Ousmane William Mbaye et la chanteuse Maréma Fall distinguée par le Prix d’encouragement, ont tenu à exprimer leur gratitude à la nation. 
 
"Sans vous, nous n’aurions pas eu la persévérance qui nous a permis d’en arriver là. Je remercie le ministère de la Culture (…), je suis d’autant plus content de partager aujourd’hui ce plaisir avec deux noms de la culture et de la musique William et Maréma Fall", a dit Baba Maal. 
 
Maréma Fall, l’interprète de la chanson "Femme d’affaires" a été lauréate en 2014 du "Prix découvertes RFI". 
 
"C’est une fierté de partager le prix des Arts avec Baba Maal, je remercie le jury et le président de la République (…), le Sénégal regorge de grands cinéastes, d’autres pourraient être à ma place", a dit Ousmane William Mbaye dont le film "Kemtiyu, Séex Anta" a été primé. 
 
Selon lui, ’’le fait que le président de la République ait relancé le Grand prix des Arts et des Lettres et de célébrer les artistes, est un acte fondamental, car ça va renforcer la liberté d’opinion". 
 
Le réalisateur a informé le président du sous titrage en wolof de son document dédié au savant sénégalais Cheikh Anta Diop.


FKS/ASB/OID