FOPICA, Fonds d’aide à l’édition, Dak’art, subventions doublées en 2017
APS
SENEGAL-CULTURE-RETRO

FOPICA, Fonds d’aide à l’édition, Dak’art, subventions doublées en 2017

Dakar, 30 déc (APS) - La décision des pouvoirs publics de doubler les montants de subventions accordées au secteur de la culture, notamment le Fonds de promotion à l’industrie cinématographique et audiovisuel (FOPICA), a été un des faits marquants du secteur en 2017.

Cette décision du président de la République Macky Sall concerne également le Fonds d’aide à l’édition mais aussi le budget attribué à la Biennale de l’art africain contemporain de Dakar (Dak’art).
 
Le FOPICA par exemple, dont le montant annuel était jusque-là d’un milliard de francs CFA depuis 2013, année de son institution, devrait ainsi passer à deux milliards de francs CFA à partir de 2018.
 
Cette décision vient récompenser le secteur du cinéma, revenu du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO), le 4 mars 2017, avec un deuxième étalon de Yennenga, récompense suprême de cette manifestation.
 
Le budget alloué au Dak’art est aussi passé de 250 à 500 millions de francs CFA. Il en est de même du Fonds d’aide à l’édition, initialement de 250 millions de nos francs, désormais porté à 500 millions de francs CFA. 
 
Le président la République a par ailleurs signalé le 19 décembre dernier, lors de la cérémonie de remise des Grands prix du chef de l’Etat pour les arts et les lettres, que le fonds de développement des cultures urbaines visant à soutenir les jeunes artistes avait été porté à 300 millions de francs CFA. 
 
Ces efforts en faveur du financement de la culture visent à faire du secteur "un facteur de développement durable conformément aux orientations du Plan Sénégal émergent (PSE)", a déclaré Macky Sall lors de cette cérémonie.
 
"Dans le PSE, j’ai considéré que la culture pouvait être un puissant levier pour l’émergence de notre pays’’, en accord avec une vision d’un "Sénégal dans lequel les artistes vivent décemment et dignement de leur talent et participent pleinement à la construction de notre identité nationale (…), à l’essor économique de notre pays et à son rayonnement international", a soutenu le président Sall. 
 
Il a dans le même temps annoncé le renforcement de l’environnement juridique du secteur culturel en 2018, avec le vote du statut de l’artiste, de la loi sur le mécénat et le développement d’infrastructures culturels, sans compter les sessions de formation dédiées aux métiers des arts et de la culture. 
 
De cette manière, l’Etat compte poser "les bases d’une industrialisation de la culture’’, considérée comme facteur de création de richesse et d’emplois, qui "rend possible le développement et le stimule (...)’’, le secteur créatif et culturel devant davantage contribuer à la formation du Produit intérieur brut, a indiqué Macky Sall.
 


FKS/BK