Festival du court-métrage méditerranéen :
APS
MAROC-CINEMA

Festival du court-métrage méditerranéen : "Yto" de Noureddine Ayouch ouvre la 15-ème édition

+++De l’envoyé spécial de l’APS : Aboubacar Demba Cissokho+++
 
Tanger, 3 oct (APS) – La 15-ème édition du Festival du court-métrage méditerranéen de Tanger (Maroc) s’est ouverte lundi en début de soirée, par la projection du film "Yto" (25 mn, 2017) du réalisateur marocain Noureddine Ayouch, et la présentation des 55 films, venant de 22 pays, en compétition officielle, a constaté l’Agence de Presse sénégalaise (APS).
 
La cérémonie d’ouverture qui s’est déroulée au cinéma Roxy, a été présidée par le ministre marocain de la Culture et de la Communication, Mohamed El Araj, en présence de l’ambassadeur de Croatie au Maroc, Jasna Mileta, et du directeur général du Centre cinématographique marocain, Sarim Fassi Fihri. Le public a observé une minute de silence à la mémoire de l’ingénieur du son Hassan Amiri, un retraité du CCM décédé dimanche.
 
Le film d’ouverture raconte, d’après un scénario de Hicham Lasri, le retour de "Yto" (Lina Lamara) qui, après des études d’architecture aux Etats-Unis, essaie d’affronter son passé. Elle apprend que sa mère a été assassinée par son beau-père, un politicien très influent et qui suscite crainte et admiration. Dans cet exercice, "Yto" fait face à une équation : comment punir le puissant Haj Britel (Ismail Kanater) et dépasser sa culpabilité d’avoir laissé sa mère à la merci d’un homme avide de pouvoir ?
 
Le jury de la compétition officielle est présidé par le Marocain Ahmed El Housni, enseignant à l’Institut national des Beaux-Arts de Tétouan, et co-fondateur du Festival international du cinéma méditerranéen de la même ville.

Les autres membres sont la Slovène Ana Lampret (professionnelle de l’industrie cinématographique), le Français Antoine Le Bihan (chargé de mission Cinéma et Audiovisuel à l’Institut français du Maroc), la Tunisienne Chiraz Bouzidi (réalisatrice, productrice), l’Italien Jacopo Chessa (directeur du Centre du court-métrage italien), les réalisateurs marocains Narjiss Nejjar et Nour-Eddine Lakhmari.
 
Au programme, à partir de mardi, un panorama de courts-métrages marocain ("Chemise blanche, cravate noire" de Yassine Fennane, "Android" de Hicham Lasri, "Sang d’encre" de Leila Triqui, "A ton chevet" de Abdeslam Kelai, et "La danse du fœtus" de Mohamed Mouftakir), la projection des films, des conférences de presse, et un master-class de Jacopo Chessa, membre du jury, sur le marché du film court en Italie et en Europe.
 
Au palmarès du festival, il y a un grand prix, un prix spécial du jury, un prix pour la réalisation, le scénario, les interprétations masculine et féminine. La 15-ème édition du FCMT s’achève samedi prochain.

ADC/ASB/ASG