Abdou Latif Coulibaly relève des
APS
SENEGAL – CULTURE

Abdou Latif Coulibaly relève des "négligences" dans l’exécution du budget 2017 de son département

Dakar, 12 avr (APS) – Le ministre de la Culture, Abdou Latif Coulibaly a relevé, jeudi, des "négligences" dans l’exécution du budget 2017 de son département dont le taux d’investissement est évalué à 61, 70 %. 
 
"Il y a un certain nombre de faits qui relevait plus des négligences parce qu’on n’a pas considéré à temps un certain nombre de tâches à faire qui auraient pu nous rendre encore beaucoup plus performants", a-t-il dit lors d’un atelier de validation de la revue annuelle conjointe 2018 du ministère de la Culture. 
 
Il a souligné les "innovants majeurs" de la Biennale de l’art contemporain africain de Dakar du point de vue du développement du marché de l’art qui ne figurent pas dans le rapport d’évaluation ainsi que les performances de la direction du livre. 
 
Il y a aussi, dit-il, "les résultats des centres culturels régionaux qui ne sont pas suffisamment remontés". 
 
"Les informations et les avancées de la dynamique de réalisation des programmes culturels n’ont pas été remontés, il y a des oublis ou simplement un manque de coordination entre les directions, tout cela a été mis en évidence de façon sans complaisance mais avec un esprit de responsabilité", a ajouté Abdou Latif Coulibaly.
 
Il s’agit, selon lui, "de regarder de façon très objective pourquoi on n’a pas réussi jusqu’à un certain point 100% des exécutions, quelles ont été les contraintes et procéder à des recommandations qui nous permettront d’être plus performants au cours de l’année 2018". 
 
Dans la gestion financière un taux de 61,70 % d’investissement a été noté dans le rapport présenté. 
 
"Par rapport à l’investissement des ponctions d’un montant de 1.354 064 282 FCFA ont été faites par les services du ministère de l’Economie et des Finances", lit-on dans le rapport d’évaluation. 
 
Pour l’année 2018, le département de la Culture compte "activer les programmes sectoriels de planification pour chaque direction, chaque division". 
 
"Chaque direction, chaque division va présenter un plan de planification qui doit être systématique avec des objectifs bien précis et des indicateurs de performances. Le rapport sera corrigé avant d’être transmis au ministère de l’Economie et des finances", souligne le ministre de la Culture. 
 
Il a aussi indiqué que des réaménagements internes du budget seront faits pour pouvoir donner quelques moyens supplémentaires à la Cellule d’études et de planification pour qu’elle soit "plus efficace et performante". 
 
Car, ajoute-t-il, la cellule gère un département ministériel qui est étalé sur l’ensemble du territoire.
 
Depuis quelques années une nouvelle politique d’évaluation et de suivi des politiques publiques a été mise en place par le président de République, Macky Sall. 
 
Le chef de l’Etat a demandé à tous les ministères de faire procéder à des évaluations de leurs programmes, de voir l’évolution budgétaire et les contraintes majeures qui sont à la base des contres performances. Mais aussi d’afficher de façon très claire les performances réalisées pour chaque département.
 
Des partenaires comme la Société de gestion collective (SODAV) et l’Association des écrivains du Sénégal (AES) étaient présents à cet atelier de validation.

FKS/ASB/PON