Me Sidiki Kaba reconnaît le surpeuplement carcéral
APS
SENEGAL-JUSTICE

Me Sidiki Kaba reconnaît le surpeuplement carcéral

Dakar, 24 sept (APS) - Le problème du surpeuplement carcéral est "une réalité, un mal qui n’est pas seulement sénégalais mais mondial" a indiqué, samedi à Dakar, le Garde des Sceaux, ministre de la Justice, Me Sidiki Kaba.


En visite à la Maison d’arrêt et de correction de Rebeuss à la suite du mouvement d’humeur qui avait fait, mardi dernier, un mort et une trentaine de blessés, Me Kaba est d’avis qu’il "faut y apporter des solutions".

"C’est un problème auquel il faut apporter des solutions et on peut guérir un problème si l’on ne nomme le mal", a dit le ministre de la Justice.
 
Les détenus ont souhaité la résolution des longues détentions préventives, la permanence des chambres criminelles et une solution par rapport au surpeuplement, a rapporté Me Sidiki Kaba.

Interrogations pratiquement réglées parce que "le président de la République, Macky Sall m’avait déjà instruit, avant ces évènements, de mettre en place des chambres permanentes pour des jugements quotidiens".
 
"Rappelez-vous que nous avons supprimé les cours d’assises. Il y’a eu des progrès mais après deux ans nous avons constaté qu’on faisait quatre sessions dans l’année et qu’il faut aller plus vite", a-t-il soutenu.
 
"Nous allons organiser d’ici la fin de l’année au moins trois sessions parce qu’il faut tenir compte des délais de procédure...", a indiqué Sidiki Kaba.

En outre, le ministre qui a rendu visite aux blessés a félicité les médecins de l’hôpital Principal qui ont coopéré avec professionnalisme en s’occupant des 27 blessés dont 14 de l’administration pénitentiaire.
 

"Les blessés sont au nombre de six au niveau de l’hôpital principal et au niveau du pavillon spécial ils étaient trois. Donc neuf blessés au total", a relevé Me Kaba.

Il a ajouté qu’"évidemment ils étaient 27 au début parmi lesquels il y’avaient quatorze blessés au niveau de l’administration pénitentiaire donc il n’y a pas 3 morts" comme prétendu, a-t-il insisté.
 
Revenant sur les évènements du mardi dernier, Me Sidiki Kaba a retenu que n’eut été "le professionnalisme des gardes pénitentiaires un drame aurait pu se passer à Rébeuss car ils étaient 44 agents contre 2090 détenus".

Le ministre qui a informé avoir présenté ses condoléances à la famille du détenu décédé Ibrahima Fall a annoncé l’ouverture d’une une enquête sur cette disparition mais aussi demandé de faire une autopsie, lundi, pour élucider les causes de sa mort.

 


DS/PON