L’introduction du bracelet électronique pour décongestionner les prisons (ministre)
APS
SENEGAL-JUSTICE-PEINES-PERSPECTIVES

L’introduction du bracelet électronique pour décongestionner les prisons (ministre)

Dakar, 30 août (APS) – Le ministère de la Justice est en train de travailler sur "la possibilité" d’introduire des bracelets électroniques dans le système judiciaire sénégalais pour décongestionner les prisons, a annoncé vendredi, le garde des Sceaux, Me Malick Sall, soulignant toutefois que cette réforme devrait d’abord passer à l’Assemblée nationale.
 
"Nous sommes en train de travailler sur la possibilité de mettre des bracelets électroniques. Nous avons notre cellule juridique qui est en train d’y travailler, parce que, pour le faire, il faut quand même modifier les dispositions du Code pénal", a-t-il dit, ajoutant que "cela permettra de décongestionner les prisons".
 
Le ministre s’adressait aux journalistes à la fin d’une visite à la Maison d’arrêt et de correction (MAC) de Rebeuss où deux détenus sont décédés à la suite d’une bousculade causée par une avarie électrique, dans la nuit de mardi à mercredi.
 
"La cellule juridique a même bouclé ce travail-là", a assuré M.Sall, précisant toutefois que cette réforme devrait d’abord passer à l’Assemblée nationale pour qu’elle entre dans "le corpus judiciaire du Sénégal".
 
"A partir de ce moment-là, je vous assure que les bracelets électroniques seront introduits et ils permettront à certaines personnes de ne pas aller en prison", a-t-il dit.
 
Le ministre de la Justice a soutenu que les pensionnaires de la MAC de Rebeuss "se sont plaints pour l’essentiel des longues détentions", soulignant que le directeur de cette prison dakaroise va lui faire parvenir dans la journée ’’l’état de ces dossiers-là’’.
 
"Il faut assurer que nous travaillerons là-dessus de façon ferme", a-t-il martelé. Selon lui, les longues détentions concernent les prisonniers qui ne sont pas encore condamnés, ajoutant que "ce sont ceux-là qui se sont plaints et ils ont raison".
 
"On ne peut pas enfermer un être humain dans une prison pendant 3 ou 4 ans sans le passer devant un jugement. C’est un dysfontionnement. On va s’atteler justement à mettre fin à ces genres de dysfonctionnements", a encore promis Malick Sall.
 
De même, le ministre de la Justice a annoncé que la prison de Sébikotane, dans la région de Dakar, sera ouverte dans deux mois.
 

ASB/OID