Vers des CRD avant le démarrage effectif du PACASEN
APS
SENEGAL-DECENTRALISATION-FINANCES

Vers des CRD avant le démarrage effectif du PACASEN

Dakar, 16 fev (APS) – Des Comités régionaux de développement (CRD) élargis aux maires, aux présidents de conseil départemental et autres acteurs territoriaux seront organisés avant le démarrage effectif, prévu au cours du deuxième trimestre de 2018, du Programme d’appui aux communes et aux agglomérations du Sénégal (PACASEN), a appris l’APS.
 
"L’objectif ainsi visé est de mieux informer l’ensemble des acteurs territoriaux sur les orientations, le champ d’intervention, le dispositif et les modalités de mise en œuvre dudit programme", explique l’Agence de développement municipal (ADM), dans un communiqué.
 
La réunion du CRD de Dakar, à laquelle prendront également part les représentants de l’ADM ainsi que ceux des autres ministères et structures centrales impliqués dans l’exécution du PACASEN est prévue lundi à 10 heures, à la chambre de commerce de Dakar.
 
Le gouvernement a initié, avec l’appui technique et financier de la Banque mondiale et de l’Agence française de développement (AFD), le Programme d’appui aux communes et aux agglomérations du Sénégal (PACASEN), d’un montant de 260 millions de dollars US (130 milliard francs CFA), pour une durée de cinq ans.
 
Selon l’ADM, "ce programme approuvé par le Conseil d’administration de la Banque mondiale le 30 janvier 2018, vise à soutenir la consolidation et l’approfondissement du processus de décentralisation, en améliorant le financement des collectivités territoriales et leurs performances dans leur fonctionnement et la gestion des investissements locaux".
 
La Banque mondiale (BM) a approuvé le 30 janvier un crédit de 110 millions de dollars de l’Association internationale de développement (IDA) en faveur du Sénégal, qui permettra d’améliorer radicalement la gouvernance et l’efficacité des services publics au niveau local.
 
Selon un communiqué reçu du Bureau de la BM à Dakar, "le premier objectif du Programme d’appui aux communes et aux agglomérations est d’améliorer les finances locales". Cela passe par une augmentation des dotations de l’État aux collectivités locales, l’introduction des critères d’allocation objectifs et équitables, et un renforcement des capacités des municipalités "afin qu’elles soient en mesure de développer leurs recettes propres". 
 
"Le programme vise en second lieu à rationaliser la gestion des investissements publics au niveau d’un certain nombre de collectivités urbaines afin d’améliorer les services à la population", ajoute la même source. Elle ajoute que l’opération bénéficiera d’un cofinancement de 80 millions d’euros de l’Agence française de développement (AFD).

OID/ASB/ASG