Vélingara : Le village de Médina-Mary demande son érection en commune (média)
APS
SENEGAL-COLLECTIVITES-DOLEANCES

Vélingara : Le village de Médina-Mary demande son érection en commune (média)

Dakar, 19 mai (APS) – Le village de Médina-Mary (Vélingara) qui se prévaut d’’’un nombre impressionnant d’infrastructures socio-économiques de base’’ demande son érection en commune.
 
’’Depuis 2002, la population du terroir de Médina-Mary demande son érection en commune, avec comme siège, Médina-Mary. Récemment encore, elle l’a renouvelé avec force. En effet, de nombreuses localités situées en dehors du terroir, mais dans la même aire géographique ont rejoint le mouvement’’, rapporte la Lettre d’information de Médina-Mary La voix. 
 
’’Au total, ce sont plus de 300 habitants de quelque 25 villages qui ont signé la nouvelle demande, adressée au président Macky Sall et à son ministre en charge des Collectivités territoriales, Oumar Guèye. Dans cette énième requête, les arguments n’ont pas manqué’’, souligne la publication. 
 
Selon La Voix, ‘’il y a, à Médina-Mary, un nombre impressionnant d’infrastructures socio-économiques de base (dispensaire, bureau de poste, laiterie, collège, poste de police, entre autres) qu’on retrouve rarement dans une localité sénégalaise, qu’elle soit siège de commune ou non’’. 
 
Elle rappelle que l’Article 73 du Code général des Collectivités locales du Sénégal de 2013, stipule en son paragraphe 1 que ’’Ne peuvent être constituées en communes que les localités ayant un développement suffisant pour pouvoir disposer des ressources propres nécessaires à l’équilibre de leur budget (…)’’.
 
La publication signale qu’en plus, ’’Médina-Mary dispose d’un vaste et solide réseau de partenaires, tant à l’intérieur qu’à l’étranger, sans oublier la maturité civique des populations’’. 
 
’’A tout cela s’ajoute l’éloignement de la zone de Médina-Mary du siège de la commune (actuellement à Kandia), l’étendue de celle-ci, qui fait plus de 70 villages. Cette fois-ci, nous espérons que notre appel sera entendu. Ce serait alors, nous rendre justice !’’ estiment les habitants.
 
OID/ASB