Des officiels marocains satisfaits de l’avancée des travaux du pôle urbain de Diamniadio
APS
SENEGAL-MAROC-COOPERATION

Des officiels marocains satisfaits de l’avancée des travaux du pôle urbain de Diamniadio

Dakar, 28 juil (APS) – La Secrétaire générale du ministère marocain de l’Habitat et de la Politique de la ville, Fatma Chihab a dit, être satisfaite de l’avancée des chantiers confiés à ses compatriotes dans le nouveau pôle urbain de Diamniadio.
 
Fatma Chihad, à la tête d’une délégation marocaine a visité, mercredi, les chantiers de Diamniadio et effectué des séances de travail avec des experts du ministère sénégalais du Renouveau urbain, de l’Habitat et du Cadre de vie.
 
Au pôle urbain de Diamniadio, deuxième étape de la visite après la place de l’Obélisque, les partenaires marocains qui ont séjourné durant 3 jours à Dakar ont eu droit à une présentation des différents sites réalisés et ceux en cours.
 
"Vous pouvez constater les premières habitations, l’université en construction et le prolongement de l’autoroute (...) Diamniado est sur les rampes pour être une grande ville à l’horizon 2035", a expliqué le conseiller en communication et des relations publiques à la Délégation générale à la promotion des pôles urbains de Diamniado et du lac rose, Saliou Sow.
 
Il a indiqué que le Pôle urbain de Diamniadio devra donc, "apporter un souffle nouveau à Dakar en réduisant les nombreuses pressions qui s’exercent sur la capitale".
 
A la cité des fonctionnaires de Diamniadio tout comme à la cité de l’émergence (ex gare pompiers), le son de cloche est le même. Les constructions avancent à grand pas. Les immeubles et villas sortent de terre donnant ainsi une nouvelle ère de développement. 
 
Il est prévu des espaces publics, aires de jeux, centre commercial entres autres lieux de distraction dans ces terrains viabilisés à usage d’habitations où l’Etat à fait appel à l’expertise marocaine.
 
"Nos pays (Sénégal et Maroc) ont une population jeune avec des besoins croissants annuellement. Il faut anticiper sur les habitations, l’aménagement du cadre de vie pour rationaliser l’utilisation des ressources", a estimé la Secrétaire générale du ministère marocain de l’Habitat et de la Politique de la ville, Fatma Chihab.
 
Elle a souligné l’importance pour les Etats à faible revenu de "planifier l’utilisation des sols et de maîtriser de l’urbanisme".
 
"L’urbanisation des sols ne peut passer que si des règles imposables à tous sont établies. Elles doivent être par la suite accompagnées de bonnes actions afin d’éviter d’être rattraper par la démographie", a relevé Fatma Chihab.
 
Abondant dans le même sens, le directeur sénégalais de l’Urbanisme et de l’Architecture, Alexandre Ngom a indiqué que la planification, point de départ de toute réalisation, est "le parent pauvre pour faute de ressources suffisantes".
 
"Il est important de trouver les moyens financiers requis pour résorber ce gap et faire les aménagements. La planification est un secteur qui a besoin de beaucoup de ressources car, étant fondamental pour réussir un projet immobilier ou tout autre aménagement de territoire", a-t-il dit.
 

SDI/PON