Une conférence sociale pour plancher sur l’amélioration des pensions de retraite, en février (PCA IPRES)
APS
SENEGAL-RETRAITE-ASSISES

Une conférence sociale pour plancher sur l’amélioration des pensions de retraite, en février (PCA IPRES)

Tambacounda, 24 jan (APS) - Le président de la République, Macky Sall, a convoqué une conférence sociale pour le mois de février, en vue de traiter les difficultés des retraités, a indiqué, lundi à Tambacounda, le président du conseil d’administration de l’IPRES, Mamadou Racine Sy.
 
M. Sy rencontrait les retraités de Tambacounda dans les jardins de la mairie, dans le cadre de la tournée nationale de l’IPRES axée sur la mensualisation des pensions de retraite.
 
‘’Les Sénégalais ont peur d’aller à la retraite. Rien qu’à y penser, ils tombent malades, parce qu’ils se disent : "Je ne m’en sors pas alors que je suis en activité, comment ce sera quand j’irai à la retraite ?’’, a-t-il dit en abordant les difficultés des retraités lors de cette réunion d’information.
 
 ‘’C’est pourquoi le Président [Macky Sall] a convoqué, au mois de février, une conférence sociale pour aborder tout ce qui peut améliorer les pensions de retraite, afin de (rendre hommage) aux personnes âgées qui ont bâti le Sénégal d’aujourd’hui et qui ont œuvré à l’indépendance du pays’’, a dit M. Sy.
 
Il a rappelé qu’en 2007, en tant que directeur général de l’IPRES, il avait travaillé à ce que les pensions, qui, jusque-là étaient perçues tous les trois mois, soient payées tous les deux mois. ‘’Nous voulons que maintenant on passe à la mensualisation de ces pensions’’, a-t-il ajouté. M. Sy a relevé que les pensions ont été revalorisées à hauteur de 40% ces dernières années et ont été défiscalisées. 
 
Il a toutefois tenu à préciser au sujet du faible niveau des pensions décrié par d’aucuns, que le montant reçu dépend de la durée du service exercé par le retraité mais également du niveau de son salaire, pendant sa vie active.
 
Il a relevé que sur la base de la solidarité, une réflexion a été engagée pour mettre en place une pension minimale, pour éviter que les pensions ne descendent en dessous d’un certain niveau quel que soit le nombre d’années de service accomplies ou la taille du salaire.
 
C’est aussi dans ce même souci que l’IPRES a décidé qu’il faut avoir travaillé 10 ans révolus pour prétendre à une pension, là où les retraités affiliés au FNR, doivent avoir totalisé 15 ans de service révolus pour avoir droit à une pension. 
 
Il a décidé d’ajouter un million de francs CFA aux 2,5 millions de francs CFA injectés par le garde des sceaux, ministre de la Justice dans les deux coopératives d’achat et d’habitat des retraités de Tambacounda. Il a en outre offert 2 millions de francs aux retraités.
 
 Le président de l’Association des retraités de Tambacounda, Ibrahima Traoré, a exprimé sa satisfaction de l’action de la direction de l’IPRES. Il signale que ‘’la grande partie des doléances’’ des retraités a été prise en charge, avec l’envoi d’un médecin généraliste pour leur prise en charge. 
 
Les autres retraités du pays devraient s’inspirer de leurs camarades de Tambacounda, notamment concernant la mise en place de coopératives, a estimé le directeur général de l’IPRES, Mamadou Sy Mbengue, affirmant qu’une association de retraités ne devrait pas se limiter à des actions syndicales.
 
En provenance de Kédougou, la délégation de l’IPRES, composée de représentants du patronat, des responsables syndicaux de la CNTS, du SELS, entre autres, poursuit son chemin mardi pour Ziguinchor et Kolda. 

ADI/ASG