Un officiel invite les populations à devenir des acteurs de sécurité
APS
SENEGAL-SOCIETE

Un officiel invite les populations à devenir des acteurs de sécurité

Dakar, 29 juil (APS) - Le président du conseil d’administration (PCA) de l’Agence nationale d’insertion et de développement agricole (ANIDA), le Docteur Djibril Diop a appelé, vendredi à Dakar, les populations à devenir des acteurs de sécurité pour mieux lutter contre l’insécurité urbaine.
 
 
"Pour ce faire, a-t-il soutenu, il est nécessaire de s’inspirer de l’expérience canadienne qui est un modèle dans le domaine de la police de proximité à travers le monde".
 
Dr Diop intervenait dans un séminaire axé sur le thème : "Développement urbain et insécurité à Dakar : étude de cas".
 
L’objectif de cette rencontre est de renforcer les capacités des députés en leur donnant plus d’information par rapport à l’insécurité pour mieux défendre la problématique à l’Assemblée nationale, a soutenu le PCA de l’ANIDA.

Djibril Diop qui a retenu que "la croissance démographique, la pauvreté, le chômage, la drogue chez les jeunes sont à l’origine de l’insécurité dans la ville de Dakar".

Le PCA de l’ANIDA a ensuite souligné l’importance de mettre en place des contrats locaux avec des municipalités en vue de faire un diagnostic de toutes les questions liées à l’insécurité en banlieue comme dans les quartiers résidentiels.
 
"Nous devons associer tous les acteurs, les policiers eux-mêmes, les leaders d’opinion, etc. pour que chacun à son niveau ait une parcelle utile dans cette lutte globale", a indiqué docteur Diop qui a souhaité la réorganisation de la sécurité en y adaptant le modèle des pays étrangers.

Selon lui, "une fois que le diagnostic est fait, il y aura des moyens adéquats adaptés aux zones urbaines pour remédier au phénomène d’insécurité".
 
Abondant dans le même sens, le président du conseil d’administration du Centre de hautes études de la défense et de la sécurité (CHEDS), le général Mansour Seck a souligné que "l’ensemble de la population a l’obligation de s’impliquer dans cette question".
 
"La nouvelle menace terroriste demande la continuité de tous les projets liés à ce combat", a-t-il souligné, précisant que tout le monde a "un rôle à jouer surtout en matière de vulgarisation d’information".
 
Aussi, a-t-il souligné, "une étude démontre que plus de 30% de la population au Sénégal n’ont pas de papiers d’état civil et cela est un inconvénient pour la sureté et la sécurité".
 

AMN/ACD/PON