Un Contrôle des frontières aériennes préconisé pour lutter contre les trafics illicites
APS
SENEGAL-AFRIQUE-TRANSPORT-SOCIETE

Un Contrôle des frontières aériennes préconisé pour lutter contre les trafics illicites

Dakar, 20 avr (APS) - Le représentant régional de l’ONUDC en Afrique de l’Ouest et du Centre, Pierre Lapaque a souligné, vendredi, à Dakar, l’importance du contrôle des frontières aériennes pour lutter contre les menaces liées aux trafics illicites sur le continent.

 
"Avec la forte croissance de mouvements dans l’espace aérien sur le continent, le contrôle des frontières aériennes est de plus en plus important afin de combattre les menaces liées aux trafics", a-t-il dit. 
 
M. Lapaque intervenait lors de la cérémonie de clôture de la rencontre annuelle des chefs de cellules aéroportuaires anti-trafics en Afrique. 
 
Selon le représentant de l’ONUDC, l’Afrique est en train de devenir non seulement une zone de consommation de drogues, mais aussi un territoire de destination des stupéfiants.
 
Il a fait savoir que les trafics illicites d’êtres humains, de devises, d’armes légères et autres, se développent également de manière alarmante dans le continent. D’où, selon lui, l’importance de renforcer le contrôle des frontières aériennes. 
 
"AIRCOP, est un projet essentiel de contrôle de frontières. Son important développement démontre la prise de conscience des nombreux pays face à cette situation", a-t-il soutenu. 
 
Selon lui, la mission des chefs de cellules aéroportuaires anti-trafic est essentielle, car elle contribue à renforcer la sécurité dans le secteur aérien et à faire face à toutes les menaces qui préoccupent les pays. 
 
"Je vous demande en tant que professionnel de la sécurité, de faire preuve de la plus extrême vigilance et de la plus grande fermeté à raison des intérêts en jeu", a pour sa part souligné, le directeur de cabinet du ministre de l’Intérieur, Mamadou Diop. 
 
Il a fait savoir que la cellule de Dakar rencontre très souvent un certain nombre de difficultés pour exercer son travail à cause de l’absence d’un texte officialisant sa création et lui donnant la plénitude de ses missions.
 
"Je vous annonce qu’un projet de décret portant création, organisation et fonctionnement de la cellule est déjà soumis à la signature des autorités compétentes. J’ose espérer que cette signature interviendra très bientôt", a affirmé M. Diop.
 
Depuis sa création, la cellule de Dakar a toujours bénéficié du soutien et de l’appui de la Police nationale à travers la Direction de l’Office central pour la répression du trafic illicite des stupéfiants (OCRTIS).
 
Cette unité composée des forces de la Police, de la Gendarmerie et de la Douane, joue pleinement son rôle dans le dispositif de lutte contre toutes les formes de trafics, à travers la plateforme Aéroportuaire Blaise Diagne, a-t-il fait remarquer.

AMN/ASB/PON