Le Sénégal se dote d’un centre pour parer à l’émergence ou la réémergence de pathologies
APS
SENEGAL-SANTE

Le Sénégal se dote d’un centre pour parer à l’émergence ou la réémergence de pathologies

Dakar, 9 juin (APS) - Le Centre international de recherche et de formation sur les agents infectieux et la génomique (CRF-AG) est annoncé comme un cadre de recherche performant pour faire face à l’émergence de certaines pathologies dans le futur.
 
Le chef du service parasitologie et mycologie de la Faculté de médecine, et de pharmacie de l’université Cheikh Anta Diop (UCAD) de Dakar, le Pr Daouda Ndiaye, en a donné l’assurance lors du lancement officiel du CRF-AG, ce vendredi à Dakar.
 
"Le CRF-AG permettra au Sénégal et à l’UCAD de disposer d’un cadre de recherche performant afin de faire face à l’émergence ou à la réémergence des pathologies qui pourront subvenir dans le futur", a-t-il dit à des journalistes, à l’occasion de la cérémonie.
 
Ce centre, dont les travaux de construction vont durer 20 mois, va coûter environ un milliard de francs CFA. Selon un document remis à la presse, il sera construit sur 5 niveaux et sera rattaché à la Faculté de médecine de l’UCAD.
 
Le Pr Daouda Ndiaye le décrit comme un cadre pluridisciplinaire de recherche axé principalement sur le paludisme. Il s’occupera également de la recherche et de la formation sur les maladies tropicales négligées (MTN), a-t-il ajouté. 
 
Le CRF-AG sera aussi axé sur les maladies émergentes et ré-émergentes et sur le développement des nouvelles plateformes technologiques en matière de biologie moléculaire, de génomique, de méta-génomique, etc. 
 
Selon le Pr Ndiaye, ce centre reste la première plateforme en Afrique subsaharienne en termes de technologie, d’inclusivité, de leadership et de plateaux techniques.
 
"Ce centre se veut inclusif et va fédérer l’ensemble des disciplines, des formations et recherches en matière de santé au niveau de l’UCAD", a-t-il souligné, précisant qu’il a pour objectif de créer des programmes de recherche en génomique pour appuyer et favoriser la recherche. 
 
Le CRF-AG servira aussi, selon lui, à former une masse critique de chercheurs et de scientifiques sénégalais, en particulier, et africains, en général.
 
"Le CRF-AG est une grande opportunité pour les générations actuelles et futures, dans la mesure où il demeure une plateforme de recherche en santé axée sur le paludisme, les maladies émergentes et ré-émergentes et diverses autres pathologies", a pour sa part déclaré le directeur de cabinet du ministre de la Santé et de l’Action, Ibrahima Seck.
 
Il a indiqué que le CRF-AG permettra de renforcer les capacités existantes en matière de recherche dans les nouvelles techniques de pointe en santé et sur la surveillance des maladies transmissibles et non transmissibles. 
 
Selon le doyen de la Faculté de médecine, de pharmacie et d’ontologie, le Pr Mamadou Diouf, le CRF-AG constitue dans son modèle et sa conception, une réponse au défi de l’innovation qui caractérise la nouvelle vision futuriste et une volonté de relever le plateau technique de l’UCAD. 
 
"C’est un complexe scientifique pluridisciplinaire qui permettra à toutes les disciplines scientifiques de disposer d’un cadre idéal et des compétences requises pour mener à bien le nouveau défi en santé publique", a-t-il ajouté. 


AMN/ASG/ASB