UA : le Professeur Bathily prône des réformes pour  le développement économique du continent
APS
SENEGAL-UA-ECONOMIE

UA : le Professeur Bathily prône des réformes pour le développement économique du continent

Dakar, 23 jan (APS) - Le Professeur Abdoulaye Bathily, candidat à la présidence de la Commission de l’Union africaine (UA), a proposé, lundi à Dakar, des réformes visant à pousser les Etats africains à "prendre des décisions" de nature à favoriser le développement économique de l’Afrique. 
 
"Il faut qu’il y ait des réformes au niveau de la Commission, pour pousser les Etats à prendre des décisions visant à assurer le développement économique du continent", a-t-il dit lors d’une rencontre avec la presse. 
 
Le Professeur Bathily est candidat à la présidence de la Commission de l’UA, dont l’élection se tiendra à la fin du mois de janvier. Cette commission est actuellement dirigée par la Sud-Africaine, Nkosazana Dlamini-Zuma.
 
Aujourd’hui, a-t-il révélé, "80% [des ressources] de l’UA sont financées par les partenaires stratégiques". Si cette situation perdure, prévient-il, l’Afrique ne pourra jamais se développer.
 
Selon lui, la Commission devra jouer un rôle majeur pour faire face à cette situation. 
 
Au-delà des questions de sécurité, le Professeur Bathily a également insisté sur la question du développement économique, où le continent connaît un progrès significatif, selon lui. 
 
Il a toutefois relevé des freins dans la marche vers le développement économique du continent.

Selon le Pr Bathily, les Etats africains ne peuvent pas atteindre le bien-être, s’ils continuent à connaître encore des crises internes et ne privilégient pas l’intégration économique.
 
La dimension de l’intégration économique reste un chantier majeur que doivent construire les Etats africains, a estimé Abdoulaye Bathily. 
 
Il a promis qu’une fois élu à la tête de la Commission, il compte réfléchir sur des "propositions audacieuses" visant à abolir ce qu’il appelle le syndrome de Berlin. 
 
Ce syndrome, a-t-il poursuivi, fait que l’Afrique demeure la périphérie du développement mondial, malgré les efforts qui ont été consentis. 
 
Selon lui, la meilleure façon d’aboutir à un développement économique durable reste l’industrialisation que l’Afrique tarde à exploiter. 
 
Il a promis de travailler à amener le continent vers une croissance sociale, politique, économique et culturelle.

AMN/ASG/BK