Troisième édition du Forum sur la gouvernance environnementale de Dakar, à partir de jeudi
APS
SENEGAL-ENVIRONNEMENT

Troisième édition du Forum sur la gouvernance environnementale de Dakar, à partir de jeudi

Dakar, 11 nov (APS) - L’Institut Panos Afrique de l’Ouest (IPAO) annonce organiser à partir de jeudi la troisième édition du Forum local multi-acteurs sur la gouvernance environnementale de Dakar, dans le cadre de la mise en œuvre du projet "Médias citoyens pour une gouvernance environnementale participative au Sénégal", financé par l’Union européenne (UE).

Prévue pour deux jours, cette rencontre se tiendra à Petit Mbao, au siège de l’Association sénégalaise des amis de la nature (ASAN) dénommé Alioune Diagne Mbor, où se déroulera également la cérémonie d’ouverture, à partir de 9 heures, précise un communiqué parvenu à l’APS.
 
"L’objectif global de ce forum est de renforcer la dynamique de concertation multi-acteurs autour des problématiques environnementales dans les départements de Pikine et Guédiawaye", dans le but notamment d’évaluer "la prise en compte des recommandations issues du forum de 2019, dans les actions des collectivités et des autres acteurs (médias, organisations de la société civile, associations, collectivités territoriales).
 
Il vise également à "évaluer le Plan décennal de lutte contre les inondations en vigueur depuis 2012", "partager et réfléchir sur les solutions à la disparition des zones classées, la pollution des eaux de la nappe ainsi que ses effets néfastes sur la production agricole et la santé des populations", points comptant parmi les objectifs spécifiques du Forum.
 
De même les organisateurs comptent-ils par ce biais "formuler des recommandations pour une mise à l’échelle des bonnes pratiques, les moyens de les mettre en œuvre, ainsi que leur intégration dans les plans de développement locaux des collectivités territoriales". 
 
Dans les départements de Pikine et Guédiawaye, "on observe une forte pression sur les ressources boisées avec la destruction progressive de la bande de filaos et le morcellement de la forêt classée de Mbao (2700 ha). Ce qui, sur la bande côtière, a conduit à une avancée notoire de la mer, menaçant les habitations riveraines, ainsi que les infrastructures publiques", note le communiqué. 

Il ajoute par ailleurs que l’occupation des zones non aedificandi (lits asséchés d’anciennes retenues naturelles d’eau) "a conduit à un épineux problème d’assainissement, se traduisant par des inondations récurrentes et des difficultés dans l’évacuation des eaux usées". 
 
S’y ajoute "une mauvaise gestion des ouvrages d’assainissement (dépôt d’ordures ménagères dans les canaux d’évacuation des eaux usées et eaux de ruissellement, obstruction des bouches d’égout dans les quartiers)".
 
Prendront part à ce forum, "une cinquantaine de personnes représentant des associations de jeunes, des collectivités territoriales, les services techniques étatiques, les médias, des ONG, des groupes de femmes, etc.", annoncent les organisateurs.

BK/ASG