Touba : Quatre forages et des châteaux d’eau seront mis en service avant le Magal
APS
SENEGAL-SOCIETE

Touba : Quatre forages et des châteaux d’eau seront mis en service avant le Magal

Diourbel, 26 août ( APS) - Le porte-parole du Khalife général des mourides, Serigne Bassirou Abdou Khadr Mbacké, a annoncé mercredi que quatre forages, des châteaux d’eau et 55 km de réseau hydraulique seront mis en service d’ici au grand Magal de Touba.
 
’’Lors du dernier Magal, il y avait un déficit d’eau. Donc, on doit s’atteler à résoudre ce problème parce que chaque année, il y a de plus en plus de monde’’, a-t-il souligné à la fin d’un CRD consécré aux préparatifs du Magal de Touba, évènement commémorant le départ en exil de Ahmadou Bamba, le fondateur du mouridisme. 
 
’’Ainsi, quatre forages seront finalisés avant le Magal et des châteaux d’eau aussi seront réfectionnés. Et tout cela sera accompagné de 55km de réseau hydraulique pour un approvisionnement correct de la ville de Touba en eau’’, a déclaré le porte-parole.
 
La vétusté du réseau hydraulique est le principal facteur à l’origine du problème de l’approvisionnement en eau dans la ville sainte.
 
Le porte-parole du Khalife a indiqué que le président de la République lui a fait comprendre que le plan directeur de Touba ’’montre que le réseau est vétuste’’.

’’Il a promis de prendre un cabinet pour l’audit afin d’avoir de l’eau en qualité et en quantité. J’ai été informé que ledit cabinet va démarrer ses travaux au mois de septembre’’, a-t-il renseigné.
 
Serigne Bassirou Abdou Khadr Mbacké a salué les efforts consentis dans l’approvisionnement en eau avec un investissement à hauteur de 2,5 milliard FCFA.
 
Les inondations sont une autre préoccupation des organisateurs du magal qui se tient en hivernage.
 
’’L’Etat avait investi 10 milliards FCFA mais Touba est une grande ville et il faut 100 milliards FCFA ou plus pour résoudre le problème’’ des inondations, selon le chef religieux.
 
A l’en croire, le président de la République a donné des instructions que ce problème soit réglé.
 
Quelque 23 milliards ont été mobilisés dans le cadre d’un projet pour la gestion des eaux pluviales. Mais le démarrage des travaux a été retardé à cause de la pandémie.
 
 
 
 
 
 

FD/OID/AKS