Tambacounda : Des magistrats planchent sur la protection de l’enfant en milieu scolaire
APS
SÉNÉGAL-EDUCATION

Tambacounda : Des magistrats planchent sur la protection de l’enfant en milieu scolaire

Tambacounda, 3 fév (APS) – Des magistrats ont entamé mercredi, des consultations sur la stratégie d’application des instruments juridiques relatifs à la protection de l’enfant en milieu scolaire.

Cette activité entre dans le cadre de la mise en œuvre du projet de renforcement de l’appui à la protection des enfants dans l’éducation au Sénégal (RAP).
 
"La consultation des magistrats sur la stratégie d’application des instruments juridiques relatifs à la protection de l’enfant permettrait de mieux prendre en compte la dimension genre et les aspects psychosociaux des enfants en milieu scolaire", a déclaré Amadou Ndiaye, magistrat et directeur adjoint de l’éducation spécialisée et la protection sociale du ministère de la Justice.
 
S’exprimant à l’ouverture de l’atelier, il a indiqué que le renforcement des capacités des acteurs de la justice constitue un maillon essentiel à la réalisation des résultats.
 
"Beaucoup d’enfants continuent de faire l’objet d’agressions diverses au plan psychologique, physique et sexuelle. Ces actes qui constituent de graves atteintes aux Conventions internationales et aux instruments juridiques nationaux de protection des enfants restent, pour la plupart, sans suite", a déploré M. Ndiaye. 
 
Selon lui, les traumatismes qu’occasionnent ces violations limitent de manière considérable le potentiel des enfants et donc les opportunités de développement des communautés auxquelles ils appartiennent.
 
Le projet d’une durée de quatre ans (2017–2021) vise également à prendre en compte la dimension genre et les aspects psychosociaux dans le processus de prise en charge des enfants victimes de violences basées sur le genre ou en conflit avec la loi.
 
Le projet Rap est piloté par Affaires mondiales Canada (AMC) en partenariat avec le gouvernement sénégalais, en synergie avec Plan international et UNICEF.
 
L’initiative vise à renforcer le bien-être, la sécurité et la protection des enfants contre la violence, les abus et l’exploitation des filles et des garçons âgés de 3-18 ans au sein des structures d’éducation et d’apprentissage y compris les daaras dans huit (8) régions : Kaffrine, Kaolack, Kédougou, Kolda, Matam, Sédhiou, Tambacounda et Ziguinchor. 
 
SDI/ASB/OID