TABASKI : les moutons toujours pas au rendez-vous
APS
SENEGAL-SOCIETE-RELIGION

TABASKI : les moutons toujours pas au rendez-vous

Dakar, 7 sept (APS) – Les moutons tardent à se bousculer au point de vente sis au stade Léopold Sédar Senghor, à Grand-médine au grand dam des consommateurs qui semblent toutefois rassurés par les éleveurs qui affirment que des camions sont en route pour approvisionner le marché et satisfaire la demande.
 

Les vendeurs qui cèdent les bêtes présentement à disposition entre 70. 000 et 250. 000 francs CFA ont estimé que le manque de moutons sera bientôt comblé avec l’arrivée attendue de plusieurs moutons.
 
"Les moutons arrivent parce que les gens qui nous appellent nous disent que les moutons sont en cours de route", a assuré Djibril Sène, un vendeur de moutons rencontré mardi par l’APS.

Toutefois, il a ajouté que pour le moment "les prix de cession restent élevés, variant entre 70. 000 et 250. 000 francs CFA".

"On espère que cette année il n’y aura pas de pénurie de moutons parce que depuis ce matin (mardi) les camions de moutons sont entrain de décharger et on nous a dit que d’autres vont bientôt arriver", a indiqué, quant à lui, Ibrahima Diallo, un autre vendeur originaire de Diakhao Sine.
 
Ibrahima Diallo a expliqué la cherté actuelle du prix de vente du mouton par le fait que "les éleveurs dépensent beaucoup d’argent pour assurer le transport des bêtes en plus des autres charges".

"Il y avait plus de moutons l’année dernière et celui qui coûtait alors 60.000 frs CFA s’obtient cette année avec un prix plus élevé", a relevé Serigne Babacar Cissé, estimant que "les clients de Dakar attendent les dernières minutes pour venir acheter leur mouton".

"Mais pour dire vrai ils (les clients) ne sont pas encore nombreux mais on garde espoir", a-t-il ajouté.
 
Du côté des clients les inquiétudes montent d’un cran. "Vraiment les moutons ne sont pas nombreux et nous craignons qu’ils soient plus chers par à rapport à l’année dernière", a souligné Elimane Cissé, un père de famille à la recherche du mouton de sacrifice.

"C’est pourquoi nous sommes venus pour acheter très tôt mais le marchandage commence à partir de 100.000 francs CFA", a-t-il fait remarquer.
 
"On espère qu’avec les échos favorables qu’on a, que les prix vont diminuer avec l’arrivée annoncée à Dakar de beaucoup de camions", a-t-il tenté de se rassurer.

 

DS/PON